Les ADFI : de l'affectation des parents d'adeptes à une approche non conceptuelle du "sectaire" : une contribution à l'étude de la constitution des problèmes publics ainsi qu'à l'élaboration d'une pragmatique de la connaissance

par Arnaud Vallin

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michel Peroni.

Soutenue en 2006

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette thèse traite du problème « sectaire » en s’intéressant au rôle d’un acteur spécifique : les ADFI. Se faisant, elle aborde la question plus générale de la constitution des problèmes sociaux. Plutôt que de prendre le problème « sectaire » comme préexistant à l’engagement des acteurs étudiés, ce travail montre comment leurs actions sont constitutives de ce problème en tant que problème publiquement énonçable. Entrant ainsi dans la forge du social, il apparaît que les acteurs participants de la légitimation du schème « sectaire » ne sont pas d’emblée liés par une quelconque caractéristique commune. Cette thèse oriente alors la recherche de ce qui peut faire communauté vers les mises à l’épreuve et les validations qui font corps avec l’action. C’est dans l’agir, face à des cas précis, que les bénévoles des ADFI semblent se rejoindre et s’accorder. Le sens commun semble émerger de la sensibilisation à un vécu ou des ajustements et des accords intersubjectifs et interobjectifs obtenus en situation dans le déroulement séquentiel d’une activité. L’agir commun apparaît aussi comme ce qui constitue la matérialité/l’objectivité du problème « sectaire ». Cette thèse démontre en effet que c’est dans les collaborations d’êtres humains/non humains mis en réseau que se constitue la connaissance des ADFI. Des éléments à la base discursifs, singuliers, liés à la subjectivité d’un acteur, se voient transformés en matériaux d’enquête puis en éléments de connaissance sur des groupes précis valables pour tout un collectif d’acteurs. S’ouvre ainsi une voix pour prendre en compte l’extériorité des processus cognitifs.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    This thesis deals with the “sectarian” problem while being interested in the role of a specific actor: the ADFI. In doing so, it tackles the more general question of the constitution of social problems. Rather than assuming that the “sectarian” problem is pre-existent to the engagement of the studied actors, this work shows how their actions are constitutive of this problem as a public problem. Thus being introduced into the forge of social, it appears that the actors participating into the legitimation of the “sectarian” scheme, are not, from start on, alike in respect to a specific characteristic that they would share. This thesis then introduce to a research on what can make community towards in terms of tests and validations appearing in action. It is in action, confronted with precise cases, that ADFI volunteers seem to meet and agree. Sense shared in common seems to emerge from sensitizing to one lived, or sensibility to what is produced or from some adjustments and some agreements inter-subjective and inter-objective obtained in situation, i. E. In the sequential course of an activity. The collective action also appears as what constitutes the materiality/objectivity of the “sectarian” problem. This thesis shows indeed that it is in collaborations of human/nonhuman beings put in network that the knowledge of the ADFI is constituted. Elements at the base discursive, singular, related to the subjectivity of an actor, are seen transformed into materials of investigation then in elements of knowledge on precise groups valid for a whole collective of actors. Thus open a voice more not to consider cognition like a mental and internal phenomenon and to finally take into account the externality of the cognitive processes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (613 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 425-441

Où se trouve cette thèse ?