Enfermements et écritures : de l'étouffement à l'inspiration créatrice

par Alba Blücher

Thèse de doctorat en Psychopathologie et psychologie clinique

Sous la direction de René Roussillon.

Soutenue en 2006

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette recherche s'attache, à partir d'un corpus essentiellement littéraire, à comprendre la relation existant entre l'écriture et diverses formes d'enfermement – volontaire, concentrationnaire, carcéral. Il s'agissait plus particulièrement d'interroger le vécu de déshumanisation tel qu'il se découvrait dans l'œuvre de M. Proust et F. Kafka, de J. Semprun et P. Levi, enfin dans les écrits de sujets incarcérés, notamment C. Lucas. Il est apparu que ce n'est pas exclusivement l'univers propre à l'enfermement – volontaire ou subi – qui déshumanise mais que cet enfermement finalement second réactive les traces d'un vécu primaire d'enfermement, d'étouffement et de non accès à une subjectivité humanisante (Nous avons délibérément écarté la question de l'impact traumatique de l'enfermement). Les sujets confrontés à une détresse agonistique et à des éprouvés irreprésentables se voient d'abord contraints de se cliver d'une partie d'eux-mêmes pour survivre puis de se défendre constamment contre le retour de l'agonie primitive : enfermement volontaire pour Proust et Kafka, engagement politique pour Semprun et Levi, conduites anti-sociales pour les détenus de droit commun. Ces défenses, rendues inopérantes par la réclusion pour les deux dernières catégories de sujets, ceux-ci vont recourir comme la première à un enfermement volontaire – repli autistique – dans l'enfermement subi. Si les fantasmes de retour in utero, de toute-puissance et d'immortalité participent d'un fonctionnement post-traumatique courant, si le fantasme de scène primitive témoigne du traumatisme primaire, le repli autistique associé à l'écriture constitue une solution alternative pour ces sujets. La clinique montre en effet que certains sujets sont capables de construire seuls un véritable dispositif symbolisant, ils mettent en place l'ensemble des conditions nécessaires leur permettant de réactualiser dans un transfert sur l'écriture, des expériences psychiques restées en souffrance de symbolisation.

  • Titre traduit

    Enclosures and writings : from suffocation to creative inspiration


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Departing from an essentially literary corpus, this research deals with understanding the relationship existing between writing and different forms of confinement such as voluntarily shutting oneself away, concentration camp, or imprisonment. The feeling of being dehumanised was particularly questioned in the work of M. Proust and F. Kafka, of J. Semprun and P. Levi, and finally in the work of subjects in prison, notably, C. Lucas. It appeared that it is not only the specific confining universe - be it voluntary or subjected to - which dehumanises. This, which is only a secondary confinement, reactivates traces of an already lived primary experience of confinement, of suffocating and of inaccessibility to humanising subjectivity. (We have deliberately set aside the question of the traumatic impact of confinement). Subjects who experience agonistic distress and feelings which are they are unable to represent must first split- off from a part of themselves in order to survive. Then they constantly defend themselves against the return of the primitive agony: voluntarily shutting oneself up in the case of Proust and Kafka, political engagement for Semprun and Levi, anti-social behaviour for ordinary prisoners. These defences, for the two last categories, having become ineffective because the subject is in confinement, will use, as does the first category, voluntary shutting oneself away – autistic withdrawal – in subjected to confinement. If fantasies of return in utero, of omnipotence and of immortality often participate in post-traumatic disorder, if primal scene fantasy testifies of primary trauma, autistic with drawal associated with writing constitutes an alternative solution for these subjects. Clinical results show that certain subjects are able, alone, to build a real symbolising device. They put together the total and necessary conditions which enable them to reactualise through transference upon writing, psychic experiences which had remained in suffering, awaiting symbolisation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (483 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 399-416

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.