La souris KO STOP : modèle pour l'étude de la physiopathologie de la schizophrénie et pour le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques

par Mélina Begou

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Bernard Renaud.

Soutenue en 2006

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Les souris KO STOP présentent des troubles comportementaux mimant différents symptômes de la schizophrénie associés à une transmission glutamatergique réduite et à une transmission dopaminergique exacerbée, anomalies correspondant aux hypothèses neurochimiques de la schizophrénie. Les altérations retrouvées chez les souris KO STOP sont améliorées par les neuroleptiques ; les souris KO STOP constituent donc un très bon modèle pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques. Ainsi, nous avons testé l’épothilone D et montré qu’il améliore de nombreuses altérations retrouvées chez les souris KO STOP ; Il représente un traitement innovant très prometteur. Les souris KO STOP présentent une progression au cours du temps des anomalies comportementales. Les souris KO STOP constituent donc un modèle pour étudier le décours temporel de la schizophrénie et pour comprendre les facteurs intervenant dans l’apparition des symptômes à l’adolescence

  • Titre traduit

    STOP null mice : a model for studying the physiopathology of schizophrenia and the development of new therapeutics strategy


  • Résumé

    STOP null mice exhibit many behavioural disturbances mimicking schizophrenia symptoms associated with a reduced glutamatergic transmission and an exacerbated dopaminergic one, alterations suitable with the neurochemical hypothesis of schizophrenia. Alterations displayed by STOP null mice are alleviated by a neuroleptics treatment. Thus, STOP null mice represent a useful tool to develop new therapeutic strategy. Then, we tested Epothilon D, a antimitotic agent, and showed that it improves many alterations seen in STOP null mice, more especially cognitive deficits. It represents an exciting innovative treatment. Finally, STOP null mice exhibit a progression of behavioural defects over time suggesting that juvenile STOP null mice exhibit only subtle alterations in dopaminergic reactivity without major glutamatergic disturbance. STOP null mice provide thus a model to study the time course of schizophrenia and to identify factors leading to the onset of the disease in the late adolescence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 317 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 279-307

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2006/175bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.