Conséquences de la chasse et des contraintes environnementales sur la démographie des populations d'ongulés : l'exemple du mouflon méditerranéen (Ovis gmelini musimon x Ovis sp.) en France et de l'élan (Alces alces) en Norvège

par Mathieu Garel

Thèse de doctorat en Écologie évolutive des populations

Sous la direction de Jean-Michel Gaillard et de Daniel Maillard.

Soutenue en 2006

à Lyon 1 .


  • Résumé

    A l’heure actuelle, de nombreuses populations de vertébrés sont soumises directement ou indirectement à des pressions anthropiques. Le but de ce mémoire est de montrer les implications de telles pressions sur la dynamique des populations d’ongulés, en plus des facteurs de variation environnementale classiquement reconnus, comme le climat ou la qualité de l’habitat. Nous présentons ici deux études de cas : le mouflon méditerranéen (Ovis gmelini musimon × Ovis sp. ) en France et l’élan (Alces alces) en Norvège. Notre travail sur le mouflon s’est appuyé sur une étude à long terme (30 ans) d’une population située dans le sud de la France (Hérault). Pour l’élan, nous avons conduit une étude comparative de plusieurs populations évoluant dans des habitats très contrastés répartis en Norvège le long d’un gradient latitudinal. Après avoir mis en évidence dans notre étude sur le mouflon les avantages et les limites de méthodes classiquement utilisées pour le suivi des populations d’ongulés, nous montrons que la dynamique de cette population est influencée à la fois par (1) la fermeture généralisée des habitats suite à la déprise pastorale obligeant les mouflons à utiliser des ressources sous-optimales, (2) la chasse sélective pratiquée sur les mâles à trophée, (3) l’histoire récente des individus à l’origine de la population, ainsi que (4) la sécheresse estivale. Ces processus sont respectivement responsables d’une diminution de la qualité phénotypique (poids, trophée) des mouflons (processus (1) et (2)), des variations de performances reproductives des femelles (processus (3) et (4)) et de la mortalité estivale des agneaux (processus (4)). Chez l’élan, nous montrons que le dimorphisme sexuel de taille (DST) augmente avec une saisonnalité environnementale croissante, sans doute à cause d’une meilleure qualité des ressources lorsque la saison de végétation est plus courte mais plus intense. La chasse sélective contre les mâles intervient elle aussi sur le DST en causant une diminution de la proportion de mâles adultes dans la population. Les jeunes mâles participeraient alors davantage à la reproduction, ce qui affecterait en retour leur croissance. Les résultats obtenus à partir de ces deux études de cas, conduites à des échelles spatiales différentes, mettent en évidence l’existence de caractéristiques inhérentes aux populations exploitées. Au même titre que les contraintes environnementales sous lesquelles elles évoluent, nous démontrons que l’Homme peut influencer fortement la démographie de ces populations

  • Titre traduit

    The effects of hunting and environmental constraints on ungulates population dynamics. Case study in mediterranean Mouflon (Ovis gmelini musimon × Ovis sp. ) and norwegian Moose (Alces alces)


  • Résumé

    Several vertebrate populations have to face indirect and direct human pressures. Our aim here is to show how these pressures influence ungulate population dynamics beyond environmental factors commonly accounted for, such as habitat quality or climate. We present two case studies : Mediterranean mouflon (Ovis gmelini musimon × Ovis sp. ) in France and moose (Alces alces) in Norway. We analyzed a long term study (30 years) of a mouflon population located in southern France (Hérault). Our study on moose was based on a transversal and comparative analysis of several populations inhabiting contrasted environments in Norway along a latitudinal gradient. Our study on mouflon highlighted the advantages and limits of commonly used survey methods for ungulate population monitoring. We then showed that the dynamics of this population was influenced by (1) habitat closure, resulting from the reduction of pastoral activity, leading to the use of sub-optimal resources by mouflon, (2) selective hunting on trophy males, (3) the recent history of mouflon from which our population originated, (4) summer drought. These processes influence the dynamics of the mouflon through (1) a decrease in phenotypic quality as measured by body mass and trophy size (processes 1 and 2), (2) variation in reproductive output of females (processes 3 and 4), (3) and variation in lamb summer survival (process 4). In moose, we showed that sexual size dimorphism (SSD) increases with increasing environmental seasonality, probably caused by higher resource quality when the growing season was short and intense. Selective hunting against males also shapes SSD by decreasing the proportion of adult males in the population. A low proportion of adult males could lead to a higher proportion of young males involved in reproduction, which in turn may have a negative impact on their body growth. Based on two cases studies at different spatial scales, our results highlighted the existence of specific biological characteristics in harvested populations. In addition to the environmental constraints under which these populations evolve, we demonstrated that man can have a strong impact on their demography

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (330 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 817 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2006/176bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.