Le genre, entre pratique textuelle et pratique sociale : le cas du roman noir français : 1990-2000

par Natacha Levet

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jacques Migozzi.

Soutenue en 2006

à Limoges , en partenariat avec Université de Limoges. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le roman noir français se caractérise dans les années 1990-2000 par une grande labilité formelle et une tendance marquée à la dissémination générique. Le genre ne peut être saisi uniquement par des critères textuels, en particulier lorsqu'il s'agit de critères thématiques et structurels hérités de l'approche formaliste. Il est nécessaire de considérer la notion de genre, à travers l'exemple du roman noir, comme une pratique à la fois textuelle et sociale. Le genre doit sa diversité et sa labilité à la complexité de ses sources. En outre, le roman noir, dans cette période, se caractérise à la fois par sa labilité formelle et par sa tendance à se disséminer dans d'autres genres et à estomper les traits du genre dans un mouvement de légitimation ou de quête de légitimité. Il est donc nécessaire d'envisager sa position dans le champ littéraire, en analysant les postures des écrivains, tout en définissant les traits textuels liés à la notion de registre (tragique) et de visée (réaliste).


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (526 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Lettres et Sciences humaines). Service Commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Limoges (Bibliothèques). Faculté des Lettres et des Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 82-387.2 LEV
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.