La femme ravie : le mariage par rapt dans les sociétés occidentales du haut Moyen Age (VIe-Xe siècle)

par Sylvie Joye

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Régine Le Jan et de Cristina La Rocca.

Soutenue en 2006

à Lille 3 en cotutelle avec l'Università degli studi (Padoue, Italie) .


  • Résumé

    A partir de l'Antiquité tardive, le terme raptus désigne un mariage réalisé sans l'accord des parents, que la jeune fille soit consentante ou non. L'étude de la législation mais aussi des cas concrets de rapt permet de voir comment les variations de cette pratique dépendent de celles de la perception du mariage ou de la place de la femme dans la transmission du patrimoine et de la noblesse au haut Moyen Age (avec une césure assez nette dans les années 720/730). Pour les familles, le rapt constitue une menace pour l'honneur, plus d'ailleurs parce qu'il représente une attaque contre le devoir de protection envers les femmes que par son caractère sexuel. Pour les rois barbares, qui affirment leur pouvoir par leur emprise sur les personnes plus que sur les territoires, le rapt est un total déni d'autorité. Le rapt est un crime contre l'ordre : l'ordre des échanges matrimoniaux, établis autour de processus de compétition entre époux potentiels. Cet ordre est destiné à desserrer les liens horizontaux des différents groupes familiaux, et de rapprocher de manière verticale les élites du pouvoir. Le rapt menace cet ordre, à l'époque mérovingienne et encore plus à l'époque carolingienne : il devient alors une tentation plus forte que jamais, afin de brûler les étapes pour parvenir au faîte des hiérarchies sociales. Crime terrible contre l'équilibre des familles et des royaumes, le rapt appelle nécessairement la mise en place d'un mécanisme de résolution. Pourtant, pour la plupart des familles, voire des princes considérés en tant qu'individus et non comme source d'autorité, un compromis restaurant l'ordre est préférable à une résolution légale, ignominieuse, parfois inefficace

  • Titre traduit

    Abducted women, elopment and marriage in the societies of Western Europe in the early Middle Ages (VIth-Xth century)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol.(1082 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 647-741

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2006-2-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2006-2-2
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2006-2-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.