Développement, par modifications génétiques de la fibre, de vecteurs adénoviraux ciblant les lymphocytes B

par Laurent Mailly

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Jean-Claude d' Halluin.

Soutenue en 2006

à Lille 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le développement d'une thérapie génique anti-tumorale efficace nécessite la mise au point de vecteurs capables de véhiculer, d'introduire et de permettre l'expression de transgènes dans les cellules malignes. Pour cela, différentes catégories de vecteurs (viraux ou non viraux) sont très largement étudiées, et certaines d'entre elles présentent des perspectives encourageantes. L'adénovirus, notamment, semble être l'un des vecteurs les plus appropriés et prometteurs en vue d'un développement clinique de part sa facilité et son rendement de production. Dans le cadre de la mise en place d'une thérapie génique anti-leucémique, nous avons souhaité développer un vecteur adénoviral permettant le ciblage spécifique de cellules impliquées dans de nombreuses hémopathies malignes, les lymphocytes B. Pour cela, nous avons voulu, dans un premier temps, comprendre certaines interactions intervenant entre les cellules hématopoïétiques et l'HAdV5. Nous avons ainsi pu montrer que la présence du récepteur hCAR ne permettait pas forcément une infection efficace, et que le phénomène d'endosomolyse pouvait être altéré dans certains types cellulaires, entraînant alors un défaut d'expression du gène d'intérêt. Par la suite nous avons décidé de construire un vecteur modifié portant au niveau de la protéine fibre une séquence ligand devant permettre la reconnaissance d'un récepteur exprimé sur les lymphocytes B. Nous avions tout d'abord choisi de cibler le CXCR5, qui semble être une cible de choix, de part sa localisation dans les microdomaines rafts de la membrane des lymphocytes B. Mais nos différents travaux n'ont pu aboutir à l'obtention du vecteur correspondant. Nous avons décidé de nous concentrer sur le ciblage du CD21. Pour cela, nous avons inséré, dans la fibre de l'HAdV2, une séquance dérivée de la gp350/220 de l'EBV. Ceci nous a permis un adénovirus capable d'infecter efficacement différentes lignées (Raji, Daudi, CHO-CD21) possédant le CD21 à leur surface. Le ciblage efficace d'un type cellulaire particulier passe par l'abolition du tropisme naturel de l'HAdV2/5 qui, de part l'expression ubiquiste de son récepteur naturel hCAR, est capable d'infecter un grand nombre de tissus. Pour cela nous avons construit un vecteur chimérique dont l'extrémité C-terminale de la fibre provient d'un adénovirus non humain, le Snake Adenovirus 1 (SnAdV-1). Ce virus s'est ainsi montré nettement moins efficace que l'HAdV5 pour infecter les lignées A549 et CHO-CAR, confirmant ainsi la perte d'affinité pour le hCAR. Il est néanmoins capable d'infecter différents types cellulaires, à peu près de la même façon, sans doute grâce aux motifs de type HSPG. Nous avons en effet montré l'importance de ces structures grâce à une lignée de CHO dépourvue de HSPG à sa surface que le vecteur chimérique infecte très mal, comparé aux CHO. La mutation de la séquence d'interaction potentielle avec les HSPG, associée à l'insertion du peptide EBV dans la fibre du virus chimérique HadV2/SnAdV-1 pourrait nous permettre d'obtenir un vecteur B-spécifique relativement efficace.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (187 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 148-182

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. BU Santé - Learning center.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.379-2006-5-C
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.