Étude de la biosynthèse des motifs di-, oligo- et polysialylés chez les mammifères : identification et caractérisation d'une nouvelle sialyltransférase humaine (hST8Sia VI)responsable de la biosynthèse de motifs diSia sur des O-glycosylprotéines

par Mélanie Lelièvre

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Anne Harduin-Lepers.

Soutenue en 2006

à Lille 1 .


  • Résumé

    Chez les mammifères, les acides sialiques se trouvent aux extrémités terminales des glycoconjugués (glycoprotéines et glycolipides) ou des oligosaccharides libres. De part cette position terminale sur les glycannes des glycoconjugués et de leur charge négative, les acides sialiques conditionnent les propriétés physico-chimiques des sialoglycoconjugués et sont souvent impliqués dans des mécanismes d'interaction cellulaire. L'association de résidus d'acides sialiques par des liaisons en α2,8 forme des chaînes linéaires de longueur variable classées selon le degré de polymérisation en structures disialylées (diSia), oligosialylées (oligoSia) ou polysialylées (polySia, ou PSA pour Poly Sialic Acid). Les PSA portés par la N-CAM (Neural Cell Adhesion Molecule) ont été les premiers mis en évidence chez les mammifères. Ils sont impliqués dans de nombreux processus physiologiques tels que la migration des cellules neuronales, la croissance axonale ou la synaptogenèse. Depuis, d'autres structures di-, oligo- et polysialylées ont été décrites chez les mammifères et chez l'homme en particulier, mais très peu d'études concernant leurs implications biologiques et leur biosynthèse ont été menées. Grâce à une analyse in silico, nous avons reconstitué un gène putatif d'α2,8-sialyltransférase sur le chromosome 10 humain, que nous avons nommé hST8Sia VI. Les analyses de l' expression de ce gène dans différents tissus et cellules humains ont mis en évidence une expression faible et ubiquiste de ce gène. Nous avons cloné la totalité du cadre ouvert de lecture de ce gène à partir des cellules cancéreuses mammaires MCF-7 et avons produit une forme recombinante soluble de hST8Sia VI dans des cellules COS-7 et Sf-9 pour caractériser son activité enzymatique. Nos tests d'activité in vitro ont démontré que hST8Sia VI catalyse le transfert d'un seul résidu d'acide sialique sur les motifs glucidiques sialylés en α2-3 trouvés sur les O-glycannes des glycoprotéines pour former des motifs disialylés du type Neu5Acα2-8Neu5Acα23Galβ 1-3GalNAc-. Afin de déterminer son activité enzymatique in vivo, nous avons créé un modèle de cellules cancéreuses mammaires (MDA) sur-exprimant stablement hST8Sia VI. Nos premiers résultats indiquent que hST8Sia VI utilise préférentiellement les motifs α2,3-sialylés, ce qui confirme les analyses réalisées in vitro.

  • Titre traduit

    Di-, oligo- and polysialylation of mammalian glycoproteins : identification and characterization of a new human sialyltransferase, hST8Sia VI responsible of the diSia biosynthesis on O-glycosylproteins


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (194 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 157-182. Liste des publications et des communications

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-2006-150
  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-2006-151
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.