Phoma du tournesol : déterminisme de la tolérance de l'hôte à la maladie

par Marion Alignan

Thèse de doctorat en Biosciences végétales

Sous la direction de Gérard Barrault.

Soutenue en 2006

à Toulouse, INPT .

  • Titre traduit

    Sunflower black stem : determinism of host tolerance to disease


  • Résumé

    La maladie des taches noires du tournesol, dont l'agent responsable est le champignon Phoma macdonaldii, n'a jusqu'alors été que très peu étudiée. En France, si son apparition remonte au début des années 1980, elle provoque aujourd'hui des dégâts de plus en plus inquiétants. Elle a été classée, en 2004, deuxième maladie plus importante après le Mildiou, par les acteurs de la filière tournesol. Aucun génotype de tournesol n'a pu à ce jour être répertorié comme résistant à la maladie ; nous ne disposons que de génotypes tolérants. Nos travaux, qui se sont orientés selon trois axes, ont permis de mettre en évidence différents points : - Une étude histologique a révélé que le premier frein à la pénétration du champignon dans les cellules de l'hôte semble être des ornementations cuticulaires particulières plus prononcées chez le génotype tolérant par rapport au génotype sensible. Une cinétique de l'infection a également été réalisée. - L'étude des phytoalexines du tournesol, la scopolétine et l'ayapine, a permis de mettre en évidence que ces dérivés coumariniques ont un effet inhibiteur important sur la germination du champignon, et que l'ayapine est également capable d'inhiber la croissance de Phoma macdonaldii. De plus, le dosage de la scopolétine in planta, à différents temps après contamination par le Phoma, a prouvé que la molécule présentait un niveau de synthèse et d'accumulation jusqu'à deux fois plus élevé chez le génotype tolérant étudié par rapport au génotype sensible. - Enfin, grâce à la mise au point d'une puce à ADN composée de 1000 unigènes, dont plus de 100 gènes impliqués dans la résistance des plantes aux maladies, nous avons pu mettre en exergue l'expression différentielle de certains gènes entre un génotype tolérant et génotype sensible, en réponse à l'infection. Ces gènes pourraient être impliqués dans la tolérance du tournesol à Phoma macdonaldii. Les différents résultats obtenus nous laissent envisager une amélioration du tournesol afin d'augmenter son niveau de résistance aux maladies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (281 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 171-205

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure agronomique. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2006INPT004A
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.