Saint-Pétersbourg, ville-frontière d'Europe : extraversion, paradiplomatie et influence de la "capitale du Nord" sur la politique étrangère de la Fédération de Russie (1990-2003)

par Anaïs Marin

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Anne de Tinguy.

Soutenue en 2006

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Depuis la fin de l’ère soviétique, l’ancienne capitale de l’empire russe, Saint-Pétersbourg, a acquis de l’autonomie pour défendre ses propres intérêts de politique étrangère. Sous l’impulsion des élites démocrates pétersbourgeoises, la municipalité a mis en œuvre, dès 1990, une stratégie de développement extravertie, c’est-à-dire orientée sur l’extérieur, en particulier l’Europe. Fidèle à sa mission historique de « Fenêtre sur l’Europe », la ville-frontière russe qui est géographiquement et culturellement la plus proche de l’Europe a privilégié la coopération avec les pays européens voisins, y compris des relations de bon voisinage avec les républiques baltes. Cette activité paradiplomatique a été favorisée par le contexte de transition en Russie (crise institutionnelle et économique, conditions d’établissement d’un « pacte fédératif » de type contractuel). A ces causes endogènes se sont ajoutées des causes exogènes propices, notamment la régionalisation de l’Europe nordique-baltique et la politique régionale Dimension septentrionale de l’UE. Les politiques extérieures des pays nordiques et des organisations européennes à vocation régionale ont en effet conduit à une actorisation excentrée de la ville en Europe du Nord, fournissant au régionalisme pétersbourgeois des ressources matérielles et symboliques pour se consolider. L’analyse de ces phénomènes vise à déterminer dans quelle mesure, dans quels domaines et par quels canaux d’influence les agents représentant et défendant les intérêts de politique étrangère de Saint-Pétersbourg ont pesé au niveau fédéral sur les processus d’élaboration de la politique étrangère russe, conduisant, entre autres, à son européanisation.

  • Titre traduit

    Saint-Petersburg, a border-city in Europe : extroversion, paradiplomacy and influence of the "Northern Capital" on the Russian Federation's foreign policy (1990-2003)


  • Résumé

    Since the end of the Soviet era, the Russian empire’s former capital city, St. Petersburg, gained some autonomy to defend its own foreign policy interests, abroad as well as in Russia. Petersburgan democrat and pro-Western elites spurred the municipality on implementing an extroverted (i. E. Outward-oriented) development strategy as early as 1990, especially towards Europe. Standing by its historical mission as Russia’s “Window onto Europe”, the Russian border-city that is, both geographically and culturally, the nearest to Europe, adopted a cooperative attitude towards European neighbour countries, including good-neighbourly relationships with the Baltic republics. The emergence of this paradiplomatic activity was favoured by the transition context in Russia (an institutional and economic crisis, the conditions under which a contractual-type “federative pact” was laid down). Apart from these endogenous factors, exogenous causes proved favourable, especially the regionalisation of Nordic-Baltic Europe and the EU’s regional policies in the Northern Dimension. The external policies of Nordic countries and regional European organisations in this area actually led St. Petersburg to develop its own actorness in Northern Europe “from outside in”, thus giving Petersburgan regionalism material and symbolic resources in order to consolidate itself. Analysing these phenomena aims at determining how far, in which fields and through which influence canals the agents representing and defending St. Petersburg’s foreign policy interests have weighed on foreign policy-making processes at federal level, leading, among other things, to the Europeanisation of Russia’s foreign policy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (993 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 905-978

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre de documentation de l'école militaire (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.