Déchiffrer l'"Europe compétitive" : étude du benchmarking comme technique de coordination intergouvernementale dans le cadre de la stratégie de Lisbonne

par Isabelle Bruno

Thèse de doctorat en Science politique. Relations internationales

Sous la direction de Christian Lequesne.

Soutenue en 2006

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Cette thèse étudie les implications politiques du benchmarking comme technique de coordination intergouvernementale dans le cadre de la stratégie européenne de Lisbonne. Elle examine en quoi cette pratique manifeste la transition d’une intégration par le droit vers une européanisation par le chiffre. Une première partie retrace la généalogie des usages du benchmarking, mis au point dans l’industrie japonaise puis discipliné aux Etats-Unis comme outil de gestion par objectifs. Promue dans les administrations étatiques par le New Public Management, cette technique de pilotage et de contrôle à distance s’est propagée au sein de l’Union par l’entremise de la DG Industrie et de l’ERT. En mars 2000, les chefs d’Etat et de gouvernement en ont fait la pièce maîtresse d’un programme décennal visant à ce que l’Union devienne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ». Pivot de la « Méthode Ouverte de Coordination », elle consiste en un exercice d’étalonnage des performances nationales, qui s’appuie sur des indicateurs statistiques, des tableaux de bord et des classements. Sa médiation dans les relations entre gouvernants est censée susciter une émulation qui les incite à aménager un « environnement » propice aux activités entrepreneuriales. Afin d’en préciser les effets sur la forme et le sens de l’Europe en construction, la seconde partie présente deux expériences de benchmarking : l’une atteste la force de ce levier pour réaliser un « Espace Européen de la Recherche » sur le modèle d’un marché compétitif ; l’autre révèle son caractère faillible et résistible s’agissant d’organiser la lutte contre l’exclusion dans un souci de cohésion sociale.

  • Titre traduit

    Building a competitive Europe : a study in the use of benchmarking as a technique of intergovernmental co-ordination in the framework of the Lisbon strategy


  • Résumé

    This PhD thesis deals with the political implications of using benchmarking as a technique of intergovernmental co-ordination in the framework of the Lisbon strategy. The first part the course of this managerial tool, developed by Japanese industry in the fifties, and then codified by quality management in the United States. Imported in state administration by the New Public Management, this means of steering and monitoring organizations has spread in the European Union through the Industry DG and the ERT. In March 2000, the heads of state or government set benchmarking as the centerpiece of a decennial program, in order to make the EU « become the most competitive and dynamic knowledge-based economy in the world ». Cornerstone of the « open method of co-ordination, benchmarking consists in assessing comparatively national performances. This exercise is based on statistical indicators, scoreboards and international charts. By mediating the intergovernmental relations, it is supposed to generate emulation and prompt decision-makers to arrange business-friendly regulatory environment. The second part presents two empirical case studies which shed light on the way benchmarking guides the European construction. The one shows how it shapes the « European Research Area » as a competitiveness-oriented market. The other brings out its failures as a social inclusion catalyst.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (852 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 788-836

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.