Une histoire d'espace et de patrimoine : familles et migration dans la France de la Troisième République, 1870-1940

par Lionel Kesztenbaum

Thèse de doctorat en Sciences économiques. Gouvernance économique

Sous la direction de Gilles Postel-Vinay.

Soutenue en 2006

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Ce travail s'appuie sur l'enquête dite des 3000 familles et les registres matricules militaires pour mettre en scène la famillle sur un temps long et évaluer comment elle distribue ses ressources. Pour cela, l'étude a été structurée autour de deux aspects, transmission et migration, et de trois temps familiaux, les frères, les parents et les ancêtres plus éloignés, ce qui a tout d'abord permis de mettre en évidence l'importance des contraintes ou opportinités familiales dans les ressources transmises : les capacités de chaque conscrit à vingt ans sont conditionnées autant par les ressources dont dispose sa famille que par les décisions qu'elle prend pour les distribuer. A ce titre, il convient tout à fait de parler de stratégies familiales qui influencent et, dans une certaine mesure, conditionnent, la vie des individus. Il en va de même pour la migration : le choix de migrer ou non et du lieu de la migration, dépend autant de la situation particulière de chaque famille que des décisions de mobilités antérieure. Ainsi, l'utilisation de l'espace diffère entre les groupes de parenté et conditionne en partie les comportements des générations suivantes. La migration est dans ce cadre un bien transmissible au même titre que l'éducation ou le capital économique. Surtout, elle ne constitue qu'une des options possibles et réellement utilisées par les familles. Les investissements effectués par ces dernières ne tendent pas à priviligier une option plutôt qu'une autre mais à réaliser au mieux l'adéquation entre les capacités de leurs membres et les opportunités qu'elles rencontrent.

  • Titre traduit

    A story of area and inheritance : families and migration in France, 1870-1940


  • Résumé

    The purpose of this work is to describe family in the long run so as to estimate how it shares out of its resources. By considering geographic mobility we precisely observe how kinship decisions influence the behaviour of its members. To do so we take advantage of new historical data, based on the TRA-survey and on military registers. We the concentrate on a sample of French conscripts born in the second part of the 19th century. We show that the skills and endowments of young men are very closely related to family strategies that do influence- and contraint- their members. They also depend on the total amount of capital their family possess. We reassess the influence of kinship on geographic mobility by taking into account past migrations among the family. We use the concept of spatial capital to capture all knowledge families possess about geographical locations. We are then able to show how this knowledge is-or is not- handed down from one generation to another. This is a key point of the analysis of migration as it means that migration decisions are not only influenced by individual charasteristics or economic or historical context but also by the past migration behaviour of the family. In this way, migration is not only an investment for the migrant or for his close relatives but can be seen as a long term investment of the kinship group.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (496 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 462-496

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'études démographiques. Service de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : L1 KESZ 2006
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.