Inclinaison horizontale du corps en décubitus dorsal et verticale subjective : direction du regard et référence égocentrée

par Laurence Lesne

Thèse de doctorat en Psychologie cognitive

Sous la direction de Théophile Ohlmann.

Soutenue en 2006

à Grenoble 2 .


  • Résumé

    Cette étude aborde le rôle du regard et de la référence égocentrée (Z) dans la perception de la verticale subjective (VS) en décubitus dorsal. Ce paradigme consiste à placer un sujet à plat dos, à modifier la direction du corps dans le plan horizontal et à faire estimer la VS en roulis. Des erreurs sur la VS visuelle apparaissent alors dans la direction de la projection verticale de Z. Trois hypothèses expliquent ce résultat : (a) le sujet projette Z subjectif dans le plan vertical afin de l'apparier avec sa VS, (b) il projette sa VS en tangage, résultante d'une combinaison gravito-idiotropique, (c) l'erreur en roulis est due à la déviation du regard crée par le décubitus dorsal. L'étude expérimentale de ces 3 hypothèses conduit à attribuer un rôle fondamental à la direction du regard dans l'estimation de la VS en décubitus dorsal notamment de par l'interdépendance de l'axe Z et de l'axe du regard. Une réinterprétation des effets d'inclinaison en terme de dissociation de l'espace égocentré et oculocentré apporte alors une nouvelle explication de la dichotomie effet-Aubert vs effet-Müller. Enfin, les résultats montrent une procédure d'ajustement égocentré subjectivo-céphalo-dépendant traduisant une déviation égocentrée céphalo-centrée gauche attribuable à une déviation implicite du regard à gauche liée au sens habituel de balayage oculaire de l'espace. Ainsi, les biais spatiaux égocentrés ne seraient que la manifestation de la déviation de l'espace oculocentré liée aux routines oculomotrices, et les effets d'inclinaison corporelle n'auraient pour origine qu'une mauvaise prise en compte de la dissociation de l'espace oculocentré et égocentré.

  • Titre traduit

    Body horizontal tilt in supine position and subjective vertical : gaze direction and egocentric reference


  • Résumé

    This study approaches the role of the gaze and the egocentric reference (Z) in the subjective vertical perception (VS) in supine position. This paradigm consists in placing a subject fiat back, modifying the body direction in the horizontal plane and making estimate the SV in rolling. Three assumptions explain this result: (a) the subject projects subjective Z in the vertical plane in order to pair it with its VS, (b) he projects its VS in pitching, result of a gravito-idiotropic combination, (c) the error in rolling is caused by the gaze deviation creates by the supine position. The experimental study of these 3 assumptions leads to give a fundamental role at the gaze direction in the SV estimate in supine position especially by the interdependence of Z axis and gaze axis. So, a re-interpretation of body tilt effects like dissociation between egocentric space and oculocentric space brings a new explanation to the dichotomy Aubert-effect vs Müller-effect. To finish, results show a subjectivo-cephalo-dependent egocentric adjustment procedure. This points to a left egocentric cephalo-centered deviation caused by an implicit left deviation of gaze related to the usual direction of space ocular scanning. Thus, egocentric space bias would be only the manifestation of the deviation of oculocentric space related to the oculomotor process, and body tilt effects would originate in only one mis-knowledge of the dissociation of oculocentric and egocentric space.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (296 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 245-264

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2006/56
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.