Reconstruction de la séquence éruptive des Traps du Deccan, Inde : conséquences climatiques et environnementales

par Anne-Lise Chenet

Thèse de doctorat en Géophysique interne

Sous la direction de Vincent Courtillot.

Soutenue en 2006

à l'Institut de Physique du Globe (Paris) .


  • Résumé

    Dans cette thèse, nous tentons de contraindre la date, la séquence et la durée du volcanisme des traps du Deccan en Inde, et de commencer à en modéliser les conséquences climatiques. Pour cela, nous avons échantillonné 12 nouvelles coupes sur 300km (du Nord au Sud) le long de l’escarpement des Western Ghats. Les résultats paléomagnétiques ont permis de reconnaître des groupes de directions statistiquement identiques dans de nombreuses coulées, soit situées en séquence dans une même coupe, soit séparées latéralement de plus de 130km. Nous proposons, sur la base des caractéristiques de la variation séculaire récente du champ géomagnétique et de la taille des intervalles de confiance à 95% des directions rémanentes, que ces groupes directionnels correspondent à des méga-coulées ou “unités de refroidissement” qui se sont refroidies en quelques décennies à moins d’un siècle. Ces méga-coulées sont alors capables d’émettre de fortes quantités de dioxyde de soufre dans l’atmosphère. Nous estimons la durée totale de mise en place du volcanisme (le temps réel d’éruption) à moins de 10. 000 ans, la plupart du temps (de 400 à 500. 000 ans) étant représentée par une dizaine de “red boles” épais. Les données géochronologiques ont permis d’obtenir pour les Western Ghats un âge absolu (64. 7±0. 6Ma; 1s) qui est statistiquement identique à celui de la limite Crétacé-Tertiaire (qui ne peut cependant pas encore être localisée avec précision dans la coupe). Pour tenter de commencer à modéliser l’impact climatique d’un grand trap, nous avons choisi comme “brique élémentaire” l’éruption fissurale de 1783 au Laki en Islande (l’une des plus grandes éruptions historiques basaltiques). Avec le modèle LMDZ-INCA, nous avons pu reproduire l’extension (semi-globale) du nuage de brouillards exceptionnels qui fut observé cette année-là, et nous avons pu nous faire une idée des raisons de la crise de mortalité qui l’a accompagné. Un seul “pulse” du Deccan pouvant atteindre dix fois le flux injecté par le Laki et ce pendant près de 100 fois plus longtemps, les traps du Deccan sont alors fortement susceptibles d’induire une extinction en masse

  • Titre traduit

    Reconstruction of the eruptive sequence of the Deccan Traps, India : climatic and environmental consequences


  • Résumé

    In this thesis, we attempt to constrain the date, timing and duration of flood basalt volcanism in the particular case of the Deccan traps of India, and to model the climatic impact of such massive volcanism. With this goal in mind, we have sampled 12 new sections of the traps along 300km (from North to South) of the Western Ghat escarpment. Sections were selected based on previously available petrologic, geochemical and volcanological data. Using the paleomagnetic analysis we have been able to recognize groups of statistically identical directions in a number of flows, either superimposed in the same section, or laterally separated by up to 130km. We hypothesize, based on the characteristics of recent secular variation and the typical sizes of the 95% confidence intervals of the remanence directions, that these directional groups represent mega-flows or cooling units that cooled within a period of decades to at most a century. We estimate that the total amount of time represented by the flows could be less than 10,000 years, and that most of the time (400 to 500. 000 years) is represented by less than 10 thick bole levels. Therefore we have established an absolute age undistinguishable from that of the Cretaceous-Tertiary boundary (although this boundary cannot yet be precisely located within the section) at 64. 7±0. 6Ma. In order to start modeling the climatic impact of such flood basalt sequences, we have first used as a “building block” the 1783 fissure eruption at Laki in Iceland (one of the largest historical basaltic eruptions). Using the LMDZ-INCA model, we replicate the observed (semi-global) dispersal over much of northern hemisphere of the unusual haze that was observed at the time and are able to understand the spread and intensity of the mortality crisis which ensued. A single Deccan pulse could have reached 10 times the flux of Laki, and for up to 100 times longer. And there were tens of pulses suggesting the causal consequences of the climatic impact of flood basalts regarding mass extinctions

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( [X]-360 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 349-359. 214 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T GLOB 2006 15

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 06 GLOB 0015
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.