L' anomalie d'inclinaison tertiaire est-elle liée à un découplage Europe/Sibérie depuis le Crétacé ? : apports du paléomagnétisme et de la géochronologie de basaltes de Mongolie

par Fatim Hankard

Thèse de doctorat en Géophysique interne

Sous la direction de Jean-Pascal Cogné.

Soutenue en 2006

à l'Institut de Physique du Globe (Paris) .


  • Résumé

    Une série d'études paléomagnétiques et géochronologiques de 160 sites (~1120 échantillons) de formations effusives Mésozoïques et Cénozoëques des blocs Amur (Mongolie) et Sibérie a permis de mieux comprendre la paléogéographie de ces régions du monde et de contraindre le d\351sormais fameux probl\350me de l'anomalie d'inclinaison Tertiaire en Asie Centrale. Ainsi, au cours de cette thèse, nous avons établi huit nouveaux paléopôles dont six représentent les tous premiers pôles Tertiaires propres aux blocs Amur et Sibérie. L'interprétation des paléopositions déduites de ces pôles permet de dresser le bilan suivant. Les blocs Amur, Chine du Nord et Chine du Sud sont rigidement attachésà la Sibérie depuis la fin du Jurassique et le début du Crétacé. Cette mosaïque de blocs continentaux ne semble pas avoir été affecté par des mouvements relatifs significatifs en latitude au moins depuis la fin du Paléocène. Le scénario se révèle tout autre dès l'Eocène Supérieur. En effet, nos pôles provenant de roches effusives sont systématiquement plus éloignés des pôles prédits par le chemin de dérive apparent des pôles (CDAP) de référence pour l'Europe à 40,30 et 20 Ma par rapport aux sites d'échantillonnage. Dans l'hypothèse d'un champ magnétique dipolaire au Tertiaire, nos données, ainsi que celles tirées de la littérature, impliquent que les blocs Sibérie et Amur étaient situés 1000-1500 km plus au sud que leur paléoposition prédite à 30-40 Ma. Nous en concluons ainsi que le CDAP de l'Europe n'est pas une référencevalide pour décrire les différents mouvements latitudinaux et les rotations post-Eocènes des blocs Est de l'Eurasie par rapport à la Sibérie. Si la Sibérie était effectivement située plus au sud, les anomalies Tertiaires en paléolatitude de ~15-20 degrés généralement observées dans les roches sédimentaires de l'Asie Centrale, seraient réduites à ~7 degrés. Enfin, et de manière plus importante, cette discordance nécessite un découplage entre les parties Ouest (Europe) et Est (Asie) de la plaque Eurasie entre le Crétacé et aujourd\222hui

  • Titre traduit

    Is the Tertiary inclination shallowing related to a decoupling between Europe and Siberia since the Cretaceous ? : paleomagnetism and geochronoly contributions from Mesozoic and Cenozoic Mongolian basalts


  • Résumé

    We undertook a series of paleomagnetic studies of 160 sites (~1120 specimens) of mesozoic and cenozoic effusive formations from Amuria and Siberia Blocks. These studies allowed us to determine eight new poles, amongst which six are of Tertiary age, for theseblocks. Paleopositions deduced from these poles allow us to draw the following conclusions. Amuria Block, North China Block, and south China Block were rigidly attached to Siberia since at least Late Jurassic-Early Cretaceous. This mosaic of continental blocks did not suffer any discernable relative latitudinal motion since at least the end of paleocene (Early Tertiary). The picture grows more complicated as soon as the Late Eocene data were available. Thus, our poles and previously published coeval poles obtained on both sedimentary and effusive poles are systematically far-sided with respect to the poles from the reference apparent polar wander path (APWP) for Europe. We note that, if we take the paleopoles of effusive formations as a reference, the bulk far-sided offset of paleopoles from sedimentary formations reduces to a much more reasonable value. We thus propose that the European APWP for Europe does not constrain properly the paleoposition of Siberia at that time. In the hypothesis of a dipolar magnetic field in the Tertiary, this suggests a ~1000-1500 km position of Siberia craton and Amuria block more to the south than expected at 40 and 30 Ma. This implies decoupling and relative rotations between western and eastern pats of Eurasia between the Late Eocene and Present. We finally show that, if Siberia was located more to the south, the ~15-20 degres paleolatitude anomaly generally observed in sedimentary formations from central Asia reduces to a more reasonable average value of ~7 degre, wich could result from the superimposition of shallowing mechanisms due to sedimentary processes, and northward motion of Asian blocks under the effect of ongoing penetration of India into Eurasia in the Tertiary.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (235 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 227-235

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T GLOB 2006 4
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.