L'école de Narek et le commentaire du Cantique des cantiques de Grigor Narekac'I (Grégoire de Narek)

par Lévon Pétrossian

Thèse de doctorat en HistoireHistoire

Sous la direction de Jean-Pierre Mahé.

Soutenue en 2006

à Paris, EPHE en cotutelle avec l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, Paris , en partenariat avec École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (Paris) (autre partenaire) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Affaibli par fréquents déplacements, au Xe siècle le catholicossat d’Arménie peinait à imposer son autorité sur quelques diocèses, et le succès du mouvement sectaire des T‘ondrakiens augmentait encore ses difficultés. Alors la foi déclinait dans la masse populaire, trois grands écrivains et maîtres spirituels, tous appartenant à une même famille spirituelle Xosrov Anjewac‘i, son fils Grigor Narekac‘i et l’oncle maternel de celui-ci Anania Narekac‘i, s'engagent à relever la piété et à lutter contre les hérétiques. Dans la première partie de notre travail nous avons essayé de restituer le cadre de la spiritualité de l’Ecole de Narek et de présenter un tableau général des idées que Grigor Narekac‘i exprime dans son Commentaire du Cantique des cantiques. Bien que l’on puisse mettre en évidence un caractère systématique, tracer des parallèles entre les idées de Grigor et les concepts philosophiques, sa pensée reste toutefois profondément biblique. L’étude des sources historiques, nous a permis de dissiper le doute concernant l’appartenance de l’œuvre à la plume de Grigor. D’un autre côté nous avons relevé l’affinité spirituelle que le Commentaire tient avec l’ensemble de la tradition narékienne. Sur les motifs de la composition de cette œuvre nous avons avancé l’hypothèse qu’elle était une réponse de l’orthodoxie aux tentatives d’attirer des masses populaires dans un mouvement sectaire des T‘ondrakiens. La deuxième partie est consacrée au problème de la composition du Commentaire et à l’examen de son texte biblique. L’examen du texte biblique du Commentaire nous a permis de comprendre l’influence de la Septante ou la Pešitta. Nous avons comparer ce texte biblique avec d’autres versions arméniennes du Cantique, afin d’observer leurs affinités. Nous avons également traité des sources patristiques et des méthodes herméneutiques dont use l’auteur pour aboutir à ses objectifs spirituels. Dans la troisième partie du travail nous avons présenté le symbolisme de l’œuvre dans sa dimension mystico-sacramentelle et le sujet central du Commentaire, l’amour sous ses différents aspects spirituels. Nous avons mis un intérêt particulier à étudier le champ théologique du Commentaire. La première difficulté dans cette recherche tient au fait que l’auteur ne présente pas ses idées sur un mode systématique, mais selon l’inspiration qu’il reçoit au cours de son travail. Sa pensée n’est pas spéculative, mais dominée par l’inspiration lyrique et spirituelle. Grigor essaie de réunir les deux méthodes d’interprétations (allégorique et naturaliste) et il considère le Cantique comme un chant prophétique exaltant l’amour des époux mystiques à travers de la beauté érotique et sacrée à la fois. Pour l’auteur, l’amour humain sert de modèle de l’amour divin, car les mystères spirituels se manifestent par des expressions visibles. Cette métaphore nuptiale de l’union bénie des époux est en réalité le symbole de l’union de l’homme et de Dieu, de l’Eglise et du Christ. Grigor ne cherche pas à définir les aspects d’amour et leurs rôles dans l’expérience humaine. Pour lui, aimer c’est tout simplement vivre dans Christ, aimer c’est vivre sa parole, c’est extérioriser la foi par les actions. L’amour est la joie de connaître le Christ comme son Sauveur. Devant une telle réalité, l’homme aimant Dieu est conscient que son sentiment ne peut jamais s’égaler à celui que Dieu lui-même a pour l’homme. Voilà, selon nous, la source de l’affliction spirituelle que le moine de Narek porta dans son cœur. Son amour pour Dieu est grand, mais si insignifiant dans son expression, qu’il incite l’auteur à parler avec Dieu. Si l’amour est sa muse poétique, c’est la parole qui guérit la blessure de Grigor, car exprimer l’amour pour Dieu, c’est parler avec lui!

  • Titre traduit

    School of narek and the commentary of the song of songs of grigor narekac‘i (gregory of narek)


  • Résumé

    Weakened by frequent displacements, in Xe century the catholicosat of Armenia struggled to impose its authority on some dioceses, and the success of the sectarian movement of the T‘ondrakians increased its difficulties further. As the faith declined among the popular mass, three great writers and spiritual Masters, all pertaining to the same spiritual family Xosrov Anjewac‘i, his son Grigor Narekac‘i and the maternal uncle of this one Anania Narekac‘i, are committed to raise piety and fighting against the heretics. In the first part of our work we tried to restore the framework of the spirituality of the School of Narek and to present a general picture of the ideas that Grigor Narekac‘i expresses in his Commentary of the Song of Songs. Although one can highlight a systematic character and trace parallels between the ideas of Grigor and philosophical concepts, his thought remains however deeply biblical. The study of the historical sources enabled us to dissipate the doubt concerning the appurtenance of work to the pen of Grigor. We raised the spiritual affinity that the Commentary holds with the whole of the tradition of the School of Narek. Concerning the reasons for the composition of this work, we have put forward the hypotheses that it was a response of the orthodoxy to the attempts of the T‘ondrakians to attract popular masses in to a sectarian movement. The second part of our work is devoted to the problem of the composition of the Commentary and the examination of its biblical text. The study of the biblical text of the Commentary enabled us to understand the influence of the Septuagint or the Pešitta. We compared this biblical text with other Armenian versions of the Song of Songs, in order to observe their affinities. We also examined patristic sources and hermeneutical methods used by the author for his spiritual objectives. In the third part of the work we presented the symbolism of the Commentary in its mystical and sacramental dimension and its central subject - Love, in its various spiritual aspects. We paid particular interest in studying the theological field of the Commentary. The first difficulty in this research is due to the fact that the author does not present his ideas in a systematic way, but rather according to the inspiration he receives during his work. His thought is not speculative, but dominated by lyrical and spiritual inspiration. Grigor tries to join the two methods of interpretations (allegorical and naturalist) and he interprets the Song of Songs as an exciting prophetic song praising of the mystical couple through both erotic and beauty the love. For the author, human love is used as a model of divine love, because the spiritual mysteries appear by visible expressions. This mystical metaphor of the blessed union of the couple is the symbol of the union of man and God, of the Church and Christ. Grigor does not seek to define the aspects of love and their roles in the human experience. For him, to love is quite simply to live in Christ, to love is to live his word; it is to exteriorize faith by actions. Love is the joy of knowing Christ as one’s Savior. In the face of such a reality, man loving God is conscious that his feelings can never equal those which God Himself has for man. Here, according to us, is the source of the spiritual affliction that the monk of Narek carried in his heart. His love for God is deep, but so unimportant in his expression, that it encourages the author to speak with God. If love is his poetic muse, it is the word which cures the wound of Grigor, because to express love for God, is to speak with him!

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (555 f.-[4] f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 317-360. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 426

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mc 4 Ms 426 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.