Géographie et iconographie de divinités gauloises en Lyonnaise (Ier s. Av. J-C/IIIème s. Ap. J-C)

par Michel Caron

Thèse de doctorat en Archéologie gallo-romaine

Sous la direction de Henri Lavagne et de Michel Molin.


  • Résumé

    Les travaux réalisés dans le cadre de cette thèse ont porté sur l'évolution de quatre divinités d'origine gauloise: Taranis, Cernunnos, Epona et Sucellus. L'aire des recherches a été la province de Lyonnaise, et la période chronologique considérée est comprise entre la fin de la période de l'indépendance (premier siècle AV. JC) et le milieu du troisième siècle AP. JC. L'essentiel des représentations de ces quatre divinités a été découvert dans la cité des Eduens, coeur religieux de la province. Contrairement à une idée généralement admise, il a été montré que des traces de culte à Epona et Sucellus ont été découvertes dans l'Ouest et le Nord de la province (Armorique, future Normandie, embouchure de la Seine). Une autre idée bien ancrée dans les esprits a longtemps été que là où s'implantaient les cultes de l'occupant au premier rang desquels le culte impérial, les cultes indigènes étaient condamnés à plus ou moins longue échéance. Or, dans la cité éduenne, il a été montré que ceux-ci coexistaient, mais qu'ils ne furent pas pratiqués dans les mêmes conditions. Taranis associé Jupiter dans sa version primitive disparut au deuxième siècle de notre ère, suivi peu après par Cernunnos. Les divinités les plus représentées, Epona et Sucellus, disparurent quant à elles vraisemblablement à l'avènement du christianisme.

  • Titre traduit

    Geography and iconography of gallic divinities in Lyonnaise (1st century BC/3rd century AD)


  • Résumé

    Works carried out in the scope of this thesis focus on the evolution of four divinities of gallic origine: Taranis, Cernunnos, Epona and Sucellus. The research area is the providence of Lyonnaise, and the chronological period located between the end of the independence period (1st century BC) and the middle of the 3rd century AD. The majority of pictures of these four divinities have been discovered in the city of Eduens, religious heart of the province. Contrary to generally preconceived ideas, it has been demonstrated that cults'traces at Epona and Sucellus have been discovered in the west and north of the province (Armorique, Britanny, future Normandy, near the mouth of the Seine). Another well anchored preconceived point of view has been that where occupying cults did settle, and in the forefront the imperial cult, indigenous cults were well represented, but were not practised in similar conditions. Taranis associated to Jupiter in his primitive version, disappeared in the 2nd century of our ere, followed closely by Cernunnos. The most represented divinities, Epona and Sucellus disappeared in all likelihood at the advent of christianity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (184 f., [ca 200] f.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. [190]-[204]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 292 (1)
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 292 (2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.