Pouvoir et architecture dans l'académie des Lumières : Paris au regard de Rome et Madrid, 1750-1800

par Basile Baudez

Thèse de doctorat en Histoire de l'architecture

Sous la direction de Jean-Michel Leniaud.

Le jury était composé de Olivier Chaline.


  • Résumé

    Cette étude, centrée sur l'Académie royale d'architecture dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, évoque en regard l’exemple de deux des académies les plus prestigieuses de l’Europe des Lumières : l’Académie de Saint-Luc fondée à Rome, en 1593, et l’Académie de Saint-Ferdinand de Madrid, créée à l’initiative de cercles proches du pouvoir monarchique, en 1752. Sous le terme « académie » ces institutions révèlent des différences profondes, largement imputables à la spécificité de leur lien avec le pouvoir politique. Car l’académie se distingue des écoles d’art ou des corporations d’artistes contemporaines par la relation étroite qu’elle entretient avec l’État. Pour appréhender de manière efficace la particularité du phénomène académique, ont été privilégiées l’étude des modalités des relations entre l’institution et le prince et ses représentants en trois temps : l’étude des fondations et de la place de l’architecture dans le projet académique ; celle des dirigeants et des architectes membres des académies ; la question de l’architecture née de l’école académique. L’institution académique se plaçait résolument au cœur du monde architectural. Sa force résidait dans son caractère protéiforme, organe de conseil du prince, cercle rassemblant l’élite de la profession et école d’art. Ni le pouvoir politique, ni ses membres n’émirent clairement le souhait de voir l’institution dotée de pouvoirs de police et de réglementation de l’architecture. La diversité des architectures pratiquées par ses membres marquait sa vitalité, mais tendit à s’estomper à la fin du siècle. La spécificité des académies de la France d’Ancien Régime résidait dans l’absence de choix entre les fonctions de conseil et de transmission du savoir. Ce furent leur richesse, mais également une des raisons de leur disparition

  • Titre traduit

    Political power and architecture in the academy of the age of Enlightenment : Paris, Rome, Madrid, 1750-1800


  • Résumé

    We focus our study on the French Académie royale d'architecture in the second half of the Eighteenth Century and we compare its specificities with two of the most proeminent art academies of Europe, the Roman Accademia di San Luca and the Spanish Academia de San Fernando, in Madrid. If they all bare the title "academy", they are profoundly different, as a result of the specific relationship they maintain with the local political power. For the academy can be distinguished from the art school by the closeness of their link with the government. We studied the way the institution and the prince and his ministers interacted in three parts : the foundations and the part of the architecture in the academic project; the direction of the institution and the architects who belonged to it ; finally, the type of architecture created within the academy schools. The French Academy was at the center of the architectural world and debates of the Enlightenment. The institution derived its strength from its protean form: an architectural council for the prince and the society, a club and an art school. The specificity of the Ancien Régime academies lay in the fact that there was no clear choice between their activity of expertise and the important part they played in the transmission of the architectural knowledge. It was one of the reason why they were partly condemned by the new political powers which needed before all, efficiency

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

Architecture & tradition académique au temps des Lumières


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (796 p.- [201] f. de pl.)
  • Annexes : Bibliographie p. 720-763. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 305 (1-3)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10862
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mc 4 Ms 305 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Architecture & tradition académique au temps des Lumières
  • Dans la collection : Art & société , 1272-1603
  • Détails : 1 vol. (390 p.-XX p. de pl.)
  • ISBN : 978-2-7535-2122-3
  • Annexes : Bibliogr. p. 345-363. Sources p. 341-344. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.