L' Arc de Triomphe de l' Etoile : construction et appropriation d'un lieu patrimonial (1806-1945)

par Isabelle Rouge-Ducos

Thèse de doctorat en Histoire de l'architecture

Sous la direction de Jean-Michel Leniaud.

Le jury était composé de Jacques-Olivier Boudon.


  • Résumé

    L'étude de la création et de la réception de l'Arc de l'Etoile permet de démontrer comment ce monument a intégré le patrimoine français. Comment est-il passé du statut de monument napoléonien à l'emblème de la République? L'histoire de sa lente construction, remise en cause du premier Empire à la monarchie de Juillet, révèle la difficulté de chaque régime à hériter de l'Arc. Son iconographie le transforme en manifeste impérial puis royaliste, enfin en monumeny historique de la Révolution et de l'Empire à la gloire de la monarchie institutionnelle. La genèse de l'Arc témoigne du primat de l'archéologie dans la création architecturale néo-classique et du renouveau esthétique en sculpture des années 1820-1830. La République s'appropria le monument par les fêtes militaires du 14 juillet et grâce à la diffusion de l'image de la Marseillaise de Rude. La Grande Guerre renforça le consensus autour de l'édifice et sa fonction religieuse, l'Arc devenant un autel de la patrie avec le cérémonial de la Flamme et celui du 11 novembre. Monument de la guerre civile, il fut disputé entre différentes factions de Français: l'arc des Communards s'opposa au Mont-Valérien des Versaillais; les résistants de la France Libre, les collaborationnistes et le représentants de Vichy, chacun à leur manière, tentèrent de capter l'édifice par un usage direct, par son image ou sa flamme. L'édifice du nationalisme français fut occupé par les vainqueurs de la France en 1814, 1815 et 1870, et fut encore le théâtre de la relève quotidienne des troupes allemandes de 1940 à 1944. L'appropriation gaulliste du monument permit d'effacer cette mémoire d'humiliation et de discorde

  • Titre traduit

    The Arc de Triomphe de l'Etoile : construction and appropriation of a national heritage's place (1806-1945)


  • Résumé

    The study of the creation and reception of the Arc de l'Etoile explains how this monument became part of the french heritage. How did the napoleonic monument turn into the symbol of Republic? The history of its slow construction, always questioned from the First Empire to the Monarchy of July, displays how reluctant each government was to inherit the Arc. It fulfilled an imperial purpose, then expressed a royalist cause and finally became a historic monument of the Revolution and the Empire to the constitutional monarchy's glory. The genesis of the Arc reveals the primacy of archeology in neo-classical architecture as well as the revival of sculpture during the 1820s and 1830s. The Republic accepted the monument by the means of military feasts, and thanks to the spreading of the image of Rude's Marseillaise. The Great War strengthened the adherence of the population to the monument and its religious function, for it changed into a patria's altar with the ceremony of the Flamme and with november the eleventh. As a monument of the civil war, it was contested by different french factions: the Arc of the Communards was opposed to the Mont-Valérien held by the Versaillais; the resistance fighters of the free France, the collaborationists and the representatives of Vichy, every one of them in their own way, tried to take the monument for their sages by a direct use, by its flamme. The building of the french nationalism was occupied by France's victors in 1814, 1815 and 1870, and was again the place chosen from 1940 to 1944 for the changing of german troops. General de Gaulle's seizure on the monument enabled the erasure of this memory of humiliation and discord.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Ed. Faton à Dijon

L'Arc de triomphe de l'Étoile : panthéon de la France guerrière : art et histoire


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (781-52- [495] f.dont [1] f. de dépl.)
  • Annexes : Bibliographie p. 705-761. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 308 (1-3)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11032
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/3814
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mc 4 Ms 308 (1-4)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Ed. Faton à Dijon

Informations

  • Sous le titre : L'Arc de triomphe de l'Étoile : panthéon de la France guerrière : art et histoire
  • Détails : 1 vol. (397 p.)
  • ISBN : 978-2-87844-106-2
  • Annexes : Bibliogr. p. 368-391. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.