Etude de la cytotoxicité de la glycoprotéine GP de l’Ebolavirus exprimée dans les cellules infectées et à l’aide d’un réplicon dérivé du flavivirus Kunjin

par Nathalie Alazard-Dany

Thèse de doctorat en Sciences de la vie

Sous la direction de Viktor Volchkov.

Soutenue en 2006

à École normale supérieure (Lyon) .

  • Titre traduit

    Study of Ebolavirus glycoprotein GP cytptoxicity expressed in virus-infected cells and from a replicon system derived from Kunjin flavovirus


  • Résumé

    L’Ebola et le Marburgvirus provoquent des fièvres hémorragiques fulgurantes avec un taux de mortalité élevé chez l’homme. Ces virus forment la famille des Filoviridae dans l’ordre des Mononegavirales. L’expression transitoire de la glycoprotéine GP de l’Ebolavirus (EBOV), espèce Zaïre, entraîne un détachement des cellules de leur matrice et une diminution du niveau d’expression de surface de différentes protéines. L’objectif de mon projet de thèse était de déterminer si cette cytotoxicité joue un rôle significatif dans le cycle de vie du virus. Nous avons mis au point un système exprimant stablement la GP à partir de réplicons dérivés du virus Kunjin. Le niveau d’expression modéré de la GP dans ce système n’est pas cytotoxique et n’affecte pas l’expression de surface des molécules étudiées. De plus, nous avons montré que les GP des virus Marburg et Reston EBOV sont elles aussi cytotoxiques, mais moins que celle de l’espèce Zaïre. Des niveaux d’expression modérés de la GP dans notre système et dans les cellules infectées semblent prévenir l’apparition des phénomènes cytotoxiques. Nous avons ensuite souhaité déterminer si le niveau d’expression de la GP est sous le contrôle d’une structure secondaire située au début du gène. Un système de RT-PCR en temps réel permettant de quantifier les différents ARN de l’EBOV a été mis au point et utilisé pour démontrer, pour la première fois, l’existence d’un gradient transcriptionnel, similaire à celui de nombreux autres Mononegavirales. L’introduction de mutations altérant cette structure du gène GP par génétique inverse s’est avérée ne perturber que subtilement le gradient transcriptionel. De telles structures sont présentes au début de chaque gène, nos données suggèrent qu’elles sont impliquées dans la régulation fine de la transcription. En conclusion, nos résultats indiquent que la GP de l’EBOV est cytotoxique lorsque surexprimée, mais pas dans les cellules infectées où son niveau d’expression est limité par différents mécanismes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (146 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 129-146

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot Sciences (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.