Les dynamiques du système national d’innovation et le rôle de l’espace construit par les institutions privées sans but lucratifs: Le Portugal comme un laboratoire de recherche.

par Luisa Henriques

Thèse de doctorat en Socio-économie de l'innovation

Sous la direction de Philippe Larédo et de João Caraça.

Soutenue en 2006

à Paris, ENMP .


  • Résumé

    Le Portugal a démontré être un bon laboratoire de recherche pour l’étude des dynamiques d’un système d’innovation, ayant subi de profonds changements politiques et structurels au long des trente dernières années du XXème siècle. Aussi parce que son système d’innovation a acquis une configuration différente de celle des autres pays de la cohésion de l’Union Européenne, quoiqu’ils se soient ressemblés dans les années soixante du dernier siècle. Cette thèse a adopté une combinaison de trois écoles de pensée : l’Evolutionniste, la nouvelle sociologie de la science et la neo-institutionaliste. Deux moments de cristallisation ont été trouvés dans le procès de construction du système d’innovation, chacun correspondant à des moments d’irréversibilité dans leur configuration. Le premier moment correspond à la réforme des universités en 1970, qui a conduit à l’expansion des «embryons » en germination dans la configuration antérieure, centrée sur les laboratoires nationaux, qui ont défini une nouvelle configuration pour le modèle maintenant centré sur la recherche universitaire. Le deuxième moment a correspondu à la période d’adhésion à la CEE, avec la stabilisation des procès et des structures de la politique publique pour la S&TI. L’expansion du système s’est basée sur des projets de structure, dans le format d’organisations privées sans but lucratifs qui ont construit un espace de médiation entre les compétences et les ressources des acteurs traditionnels. Une typologie pour ces organisations à été proposé.

  • Titre traduit

    The dynamics of a national system of innovation and the role of the non-profit space: Portugal as a Research Laboratory


  • Résumé

    Portugal is a good research laboratory for the study of dynamics of a system of innovation, because of major political and structural changes faced in the last thirty years of the 20th century. Besides, the Portuguese system has taken a specific configuration of its system of innovation, when compared with other EU cohesion countries, although having similar characteristics and level of development in the 960s. A mix of three theoretical approaches was drawn on for this research: the evolutionary economics, the new sociology of sciences and the neo-institutionalist schools. Two moments of crystallization in the process of building the Portuguese system of innovation were ound, which corresponded to processes of irreversibilisation of the model. The first moment was the reform of the universities in the 70s, which led to the expansion of the “seeds” of the previous configuration, centred upon public laboratories, and generated a new one entred on academic research and non-profit organizations. The second moment was the period after the accession to the European communities with the stabilization of the policy-making processes and structures. The expansion of the system then took place based on temporary project structures, with the format of non-profit organizations, which constructed a space that mediates the spaces of the traditional actors. A typology for this type of organizations was proposed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 584 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 123 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.