Analyse et modélisation micromécanique du comportement et de la rupture fragile de l'acier 16MND5 : prise en compte des hétérogénéités microstructurales

par Jean-Philippe Mathieu

Thèse de doctorat en Mécanique et matériaux

Sous la direction de Karim Inal.

Soutenue en 2006

à Metz, ENSAM .


  • Résumé

    La cuve des réacteurs à eau sous pression forme la seconde barrière de confinement de l’assemblage combustible nucléaire. Dans les centrales françaises, elle est constituée d’acier 16MND5 faiblement allié (équivalent de la nuance ASTM A508 Cl. 3). Diverses techniques expérimentales (microscopie électronique, diffraction des rayons X etc. ) sont mises en oeuvre lors d’essais de tractions in-situ afin de mettre en évidence les hétérogénéités mécaniques apparaissant au sein du matériau. Ces mesures se font en cours de sollicitation pour diverses basses températures [-150°C;-60°C]. Les hétérogénéités mécaniques sont principalement dues aux deux aspects ”polycristallins” et ”composite” (effet des amas de cémentite) de la microstructure. Des écarts de contraintes résiduelles interphases (jusqu’`a 150 MPa en moyenne entre bainite et ferrite), et intraphases (jusqu’`a 100 MPa en moyenne par orientation pour la ferrite) sont mis en évidence. Une modélisation complexe est mise en oeuvre afin de représenter le comportement. Elle inclut une loi micromécanique, un modèle de transition d’échelle, et une représentation par éléments finis d’agrégats 3D, le tout associé dans une démarche multi-échelles. L’identification se fait sur le comportement à différentes températures, et permet de reproduire les hétérogénéités de contraintes mises en évidence expérimentalement. Cette modélisation sert de base à l’application déterministe d’un critère local de rupture fragile micromécanique et cristallographique. L’utilisation de divers tirages de répartitions de carbures réalistes permet d’obtenir une probabilité de rupture du volume élémentaire en accord avec les hypothèses formulées par l’approche locale de la rupture. A ceci près que contrairement aux approches habituelles, on ne suppose pas de dépendance de cette probabilité par rapport au chargement ou à la microstructure, celle-ci est naturellement introduite.

  • Titre traduit

    Micromechanical analysis and modelling of the behavior and brittle fracture of a french 16MND5 steel : role of microstructural heterogeneities


  • Résumé

    Reactor Pressure Vessel is the second containment barrier between nuclear fuel and the environment. Electricité de France’s reactors are made with french 16MND5 low-alloyed steel (equ. ASTM A508 Cl. 3). Various experimental techniques (scanning electron microscopy, X-ray diffraction. . . ) are set up in order to characterize mechanical heterogeneities inside material microstructure during tensile testing at different low temperatures [-150°C;-60°C]. Heterogeneities can be seen as the effect of both “polycritalline” and “composite” microstructural features. Interphase (until 150 MPa in average between ferritic and bainitic macroscopic stress state) and intraphase (until 100 MPa in average between ferritic orientations) stress variations are highlighted. Modelling involves micromechanical description of plastic glide, mean fields models and realistic three-dimensional aggregates, all put together inside a multiscale approach. Calibration is done on macroscopic stress-strain curves at different low temperatures, and modelling reproduces experimental stress heterogeneities. This modelling allows to apply a local micromechanical fracture criterion for crystallographic cleavage. Deterministic computations of time to fracture for different carbides random selection provide a way to express probability of fracture for the elementary volume. Results are in good agreement with hypothesis made by local approach to fracture. Hence, the main difference is that no dependence to loading nor microstructure features is supposed for probability of fracture on the representative volume : this dependence is naturally introduced by modelling.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (276 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Arts et Métiers ParisTech. Centre d'enseignement et de recherche. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Arts et Métiers ParisTech. Centre d'enseignement et de recherche. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.