Elaboration, structuration et réalisation des gestuelles de travail : les gestes dans l'assemblage automobile, et dans le coffrage des ponts d'autoroute

par Karine Chassaing

Thèse de doctorat en Ergonomie

Sous la direction de Serge Volkoff.

Soutenue en 2006

à Paris, CNAM .


  • Résumé

    Cette thèse a pour principal objectif de mettre en évidence l’organisation complexe des gestes de travail appris sur le tas, dans un contexte social tendant à dénier le rôle du travail manuel et à sous-estimer la complexité des gestes. Dans le prolongement d’une littérature scientifique issue de différentes disciplines telles que la physiologie, la neurophysiologie, la psychologie, l’ergonomie, comprendre et identifier la complexité des gestes apparaît légitime pour affiner la compréhension de leur construction. Pour cela, nous catégorisons cette complexité selon quatre caractéristiques du geste : il est composé, investi, situé et construit. Mais nous renouvelons ces approches en insistant sur la structuration des gestes pour compléter cette idée de complexité, et en proposant à cet effet un modèle centré sur le concept de « gestuelle ». Nous considérons les « gestuelles » comme un registre de compétences spécifiques, c’est-à-dire propres à l’usage du corps. Elles sont personnelles, notamment parce que les usages du corps sont individualisés. Nous avons mené des analyses de gestes de travail dans deux secteurs d’activité différents : l’automobile avec des tâches d’assemblage et le génie civil avec des tâches de coffrage. Nous montrons que les opérateurs élaborent avec l’expérience, à la fois individuelle et collective, des principes d’utilisation de leur corps au travail qui leur assurent une plus grande efficience et efficacité. Ces principes sont les composantes des gestuelles, ils sont propres à une action, et transférables d’une situation à l’autre. Nous analysons aussi les différentes modalités de construction des gestuelles, qui appartiennent à des registres d’expérience divers. Les résultats recueillis sont fortement marqués par les modes d’organisation qui prévalent dans tel ou tel milieu professionnel. Dans l’assemblage automobile, les « gestuelles » résistent face à la standardisation du travail. Dans le génie civil, davantage caractérisé par la forte variabilité des environnements et par la prééminence d’une culture de métier, nous insistons davantage sur la structuration et le développement des « gestuelles » dans un contexte de transmission des savoir-faire. Nos résultats contribuent à proposer des pistes de transformations et d’actions afin de faire face à la standardisation, de penser des dispositifs de prévention en santé au travail, de promouvoir des améliorations des conditions de travail, et de transmettre des savoirs gestuels.

  • Titre traduit

    Elaborating, structuring and performing "sequences of gestures" at work : gestures in car assembly-lines and expressway bridge construction


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The purpose of this thesis is to highlight the complexity of the organization of gestures learned on the job, in a social context which tends to deny the role of manual work and to underestimate the complexity of gestures. In line with the scientific literature published in fields such as physiology, neurophysiology, psychology, ergonomics, it seems justified to attempt to understand and describe the complexity of the gestures in order to better comprehend their development. To do so, we have defined this complexity according to four categories of characteristics: gestures may be composed, invested, located and constructed. However we renew these approaches, by placing emphasis on the structuring of gestures so as to complete the idea of complexity and by suggesting a model based on the concept of “sequences of gestures”. We conceive these “gesture sequences” as a specific type of skills relating to body movements. They are personal, in that body movements are specific to each individual. We conducted analyses on work gestures in two different industries: car assembly lines and expressway bridge casings. We show that operators, through their personal and team work experience, develop principles on the use of their body at work which make them more effective and efficient in their job. These principles are components of the “sequence of gestures” that apply to each specific action and can be transferred from one situation to another. We also study the different modalities of construction of these gesture sequences, which draw on different fields of experience. The results gathered are marked by the organization patterns prevailing in specific professional environments. In car assembly lines, the “gesture sequences” resist the standardization of the work. In expressway bridge construction, often characterized by very different environments and a culture of specialized jobs, we lay more emphasis on the structuring and development of gestures in a context of transmission of know-how. Our findings contribute to suggesting possible changes and actions to cope with standardization, to consider health-preserving systems at work, to promote the improvement of working conditions and to pass on the know-how relating to gestures at work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (367 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 279-290. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Th A 539
  • Bibliothèque : Institut national d'étude du travail et d'orientation professionnelle. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2006 CHA
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.