Le roman symboliste : un art de l'"extrême conscience" (Edouard Dujardin, André Gide, Rémy de Gourmont, Marcel Schwob)

par Valérie Michelet Jacquod

Thèse de doctorat en Langue et littérature française

Sous la direction de Alain Goulet et de Daniel Sangsue.

Soutenue en 2006

à Caen .

  • Titre traduit

    ˜The œsymbolist Novel : an art of "extreme consciousness"((Edouard Dujardin, André Gide, Rémy de Gourmont, Marcel Schwob)


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Entre 1887 et 1895 paraît une série de romans qui relèvent de l’esthétique symboliste. Or, alors comme aujourd’hui, la critique minimise, voire rejette, le concept de roman symboliste. Sans soute est-il un objet paradoxal puisque, roman, il demeure tributaire du monde réaliste, alors que, symboliste, il rejette le récit au nom d’une immédiateté et d’une pureté de langage. Confronté à cette impasse théorique, comment le roman symboliste peut-il inscrire son originalité dans l’histoire littéraire ? C’est à quoi tente de répondre cette étude en proposant, dans le prolongement des différents regards portés sur le roman symboliste, un éclairage particulier du phénomène. A côté des tentatives de synthèse entre roman et poésie (Rodenbach, Poitevin ou Retté) E. Dujardin, A. Gide, R. De Gourmont et M. Schwob choisissent de faire œuvre des contradictions qui les habitent, et fondent un roman du roman qui relève le défi d’exploiter les obstacles théoriques au lieu de les éliminer, en les transformant en sujet littéraire, principalement par la mise en scène d’un écrivain symboliste au travail. Ce faisant, ces romans illustrent l’une des attitudes les plus représentatives du symbolisme : celle de « l’extrème conscience ». De Dujardin à Gide, ce sont donc les fondements de l’esthétique symboliste, et plus spécifiquement l’idéalisme, l’autonomie du langage, sa capacité à exprimer la pensée immédiate et l’élection d’une morale esthétique, qui se trouvent discutés et en partie remis en cause dans ces romans autocritiques. Ainsi, paradoxe ultime pour un roman qui n’a cessé de penser ces limites, le roman symboliste de l’extrème conscience se révèle un maillon capital, pour le dépassement du genre par lui-même

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Droz à Genève

Le roman symboliste : un art de l'"extrême conscience" : Edouard Dujardin, André Gide, Remy de Gourmont, Marcel Schwob


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (486 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.455-470. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2006 MICHELET B
  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : DH840/519
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Droz à Genève

Informations

  • Sous le titre : Le roman symboliste : un art de l'"extrême conscience" : Edouard Dujardin, André Gide, Remy de Gourmont, Marcel Schwob
  • Dans la collection : Histoire des idées et critique littéraire , vol. 447 , 0073-2397
  • Détails : 1 vol. (506 p.)
  • ISBN : 978-2-600-01238-6
  • Annexes : Bibliogr. p. [475]-493. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.