Evaluation in vitro des effets toxiques de contaminants alimentaires sur les cellules dendritiques

par Nolwenn Hymery

Thèse de doctorat en Toxicologie

Sous la direction de Dominique Parent-Massin.

Soutenue en 2006

à Brest .


  • Résumé

    Les trichothécènes, mycotoxines produites par différentes espèces de moisissures, sont à l'origine d'intoxications alimentaires graves qui touchent aussi bien l'animal d'élevage que l'homme. Les intoxications alimentaires humaines dues aux mycotoxines sont en général accidentelles. Les maladies décrites à la suite d'intoxications aux trichothécènes sont principalement l'Aleucie Toxique Alimentaire (ATA) rencontrée dans les pays d'Europe de l'Est et les pays en voie de développement, la Stachybotryotoxicose, rencontrée en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord, et " l'Akakabio disease " rencontrée dans le Sud-Est asiatique. L'origine de ses troubles est hématologique. En effet, les trichothécènes sont connues pour leur hématoxicité mais également pour leur immunotoxicité. Une cellule fait le lien entre ces deux toxicités : la cellule dendritique. Les cellules immunitaires sont produites par des cellules souches, au sein de la moelle osseuse. Parmi ces cellules, la cellule dendritique apparaît comme la cellule initiatrice de la réponse immunitaire primaire, capable de stimuler la prolifération des lymphocytes T naïfs. Le but de ce travail est de développer un modèle humain utilisant les cellules dendritiques générées in vitro à partir de monocytes. Ce modèle permettant d'étudier les effets de xénobiotiques sur la maturation des cellules dendritiques. Pour réaliser cette étude, il s'est avéré nécessaire de choisir un modèle cellulaire pertinent et d'optimiser ce modèle pour l'adapter à l'étude des effets immunotoxiques de contaminants de l'alimentation. Ce travail montre l'importance des études réalisées in vitro sur les cellules dendritiques humaines dans la compréhension des effets immunotoxiques de contaminants alimentaires. Il paraît pertinent de proposer que ces études soient réalisées très en amont au cours de l'exploration d'un effet immunotoxique.

  • Titre traduit

    In vitro evaluation of the toxic effects of foods contaminants on the dentritic cells


  • Résumé

    The trichothecenes, mycotoxins produced by various species of moulds, are at the origin of serious food poisonings which touch as well the livestock as the man. The human food poisonings due to the mycotoxins are in general accidental. The diseases described following intoxications with trichothecenes are mainly Aleucie Toxique Food (ATA) met in the countries of Eastern Europe and the countries in the process of development, Stachybotryotoxicose, met in Western Europe and North America, and “Akakabio disease” met in the South-East Asia. The origin of its disorders is hematologic. Indeed, the trichothecenes are known for their hematoxicity but also for their immunotoxicity. A cell establishes the link between these two toxicities: the dendritic cell. The immunizing cells are produced by cells stocks, within osseous marrow. Among these cells, the dendritic cell seems the initiating cell of the immunizing answer primary, able to stimulate the proliferation of the lymphocytes T naive. Taking into account the immunotoxicity of the mycotoxins, primarily on the lymphocytes T, it seemed relevant to study the effects of these molecules on the dendritic cells. To make this study, it proved to be necessary to choose a relevant cellular model and to optimize this model to adapt to the study of the adverse effects of contaminants of the food. The model using the CD34+ involves the majority formation of cells of Langerhans (dentritic cells of the skin). These last are implied in the cutaneous reactions, without interest for the study of the effects of food contaminants. This is why the choice was made on dendritic cultures of cells deriving from monocytes, rather than of cells CD34+. The aim of this work is to develop a human model using the dendritic cells generated in vitro from monocytes. This model allowing to study the effects of xenobiotic on maturation of the dendritic cells. This work shows the importance of the studies carried out in vitro on the human dendritic cells in the comprehension of the immunotoxic effects of food contaminants. It appears relevant to propose that these studies are carried out very upstream during the exploration of a immunotoxic effect.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (201 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.154-201

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation Section Droit-Sciences-STAPS.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRE2006/3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.