E-gouvernance et démocratie en Afrique : le Sénégal dans la mondialisation des pratiques

par Mamadou Ndiaye

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Annie Lenoble-Bart.

Soutenue en 2006

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    En Afrique, les années 1990 ont coïncidé avec une vague de démocratisation sans précédent qui a ébranlé les régimes de parti unique, pour la plupart, installés depuis les indépendances. Ces changements politiques ont été à la base de l’éclosion du multipartisme, d’une société civile africaine forte et d’une presse indépendante critiques à l’égard des régimes en place et qui manifestent une profonde aspiration à la démocratie comme à la transparence dans l’exercice du pouvoir. Cependant leurs actions n’ont pas empêché le processus de��mocratique d’être dans l’impasse dans de nombreux pays. Ce qui amena sans doute les bailleurs de fonds à inscrire la bonne gouvernance au cœur de leurs préoccupations et comme une condition sine qua non pour leur appui. Ainsi, dans le souci de mettre en œuvre cette exigence de bonne gouvernance, certains gouvernements africains, à l’instar de ceux des pays du nord, se sont engagés à intégrer les technologies de l’information et de la communication dans l’exercice du pouvoir. Dans cette thèse, nous avons tenté de montrer comment et pour quelles raisons les pays africains sont en train d’adopter ce modèle de gouvernement occidental et les implications sur le quotidien des administrés. En d’autres termes, il s’est agi de voir, à travers les cas du Sénégal et d’autres pays africains évoqués sommairement si l’usage de l’outil TIC entraîne le progrès. Nous sommes arrivés à la conclusion que les institutions financières internationales, convaincues que l’e-gouvernance peut constituer un réel appui à la démocratie et à la bonne gouvernance en Afrique, ont été les principaux promoteurs. De nombreux pays, dont le Sénégal, ont développés des stratégies de gouvernement électronique. Cependant, il faut reconnaître que, mise à part, l’Afrique du Sud, ils peinent tous à mettre en place un véritable système d’e-gouvernement. Les autorités politiques se limitent tout simplement à mettre en ligne des sites Internet qui offrent des informations sommaires et pas souvent mises à jour. Ce constat nous a amené à nous demander si l’e-gouvernance ne dérangeait pas des Chefs d’États et des agents publics africains peu enclins à l’ouverture démocratique, à la transparence et au partage des savoirs.

  • Titre traduit

    E-governance and democracy in Africa : Senegal in the globalization of practices


  • Résumé

    In Africa , the years 1990 coincided with an unprecedented wave of democratization which shook the systems of government of single party, the majority of which have been set up since the independences. These political changes were at the root of the birth of the multiparty system, a strong African civil society and a critical independent press to the current systems of government which are showing a deep aspiration for the democracy and transparency in the exercise of power. However, their actions did not prevent the democracy process from being in the dead end in many countries, which undoubtedly led the backers to note down the good governance at the heart of their concerns as an indispensable condition for their support. Thus, to implement this requirement of good governance, some African governments, like those of the northern countries are committing themselves to integrating Information and Communications Technology (ICT) into the exercise of power. In this thesis, we have tried to show how and for which reasons African countries are adopting this model of western government and the implications concerning the daily life of the citizens. In other words, it was a question of seeing through the cases of Senegal and other African countries briefly quoted if the use of the ICT brings about progress. We will conclude by saying that the international financial institutions know for the fact that the democracy and the good governance in Africa can be the main promoters. Many countries including Senegal have developed strategies of e-government. However, we must recognize that apart from South Africa, all the countries have difficulties to set up a real system of e-government. The political authorities are quite simply limited to put on line Internet sites which give brief and often not updated information. This notice led us to wonder whether the e-governance did not disturb some Heads of States and Africans public agents little inclined to the democratic opening, the transparency and the knowledge sharing.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (380 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : f. 301-333

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.