Les influences de l'apprentissage de la première langue étrangère (anglais) sur l'apprentissage de la deuxième langue étrangère (français) chez les apprenants persanophones

par Leila Farkamekh

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Jeannine Gerbault.

Soutenue en 2006

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Dans le système éducatif iranien, l’anglais s’apprend comme première langue étrangère, et l’étude du français est généralement postérieure à celle de l’anglais. Nous étudions l’influence de la connaissance préalable de l’anglais sur l’apprentissage de la langue française chez les apprenants persanophones. Nous faisons l’hypothèse, basée sur notre propre expérience d’apprenante et d’enseignante, que les apprenants s’appuieront sur leurs connaissances en anglais (L2) lors de leur apprentissage du français, car ces deux langues sont plus proches typologiquement que ne le sont le persan et le français. En nous centrant sur le genre, le nombre et certains aspects de l’ordre des mots, nous identifions les erreurs produites dans un corpus recueilli dans deux établissements universitaires en Iran et nous les interprétons à la lumière de l’analyse contrastive des trois langues persane (L1), anglaise (L2) et française (L3). Six parties de discours (article, déterminant possessif, déterminant démonstratif, adjectif qualificatif, pronom objet direct/indirect, participe passé) sont considérées, ainsi que l’interrogation et la négation. Cette étude morphosyntaxique nous a fourni un ensemble de résultats qui mettent en évidence la prédominance de certains types d’erreurs. Les concepts de langue pont et de notion vide sont convoqués pour rendre compte de la présence des influences interlinguistiques.

  • Titre traduit

    The influences of the learning of a first foreign language (English) on the learning of a second foreign language (French) in persanophone learners


  • Résumé

    In the Iranian educational system, the English language is taught as the first foreign language, and the study of French usually takes place after the study of English. We study the influences of the previous knowledge of English on the learning of the French language by Persian speakers. We made the hypothesis, based both on our experience as a student and as a teacher, that the students will refer to their previous knowledge of English (L2) for learning French in the position of the third language, because these two languages are typologically close, which is not the case of Persian and French. Focussing on gender, number and on some aspects of word order, we identified. The errors in a corpus that was collected in two Iranian universities, and we interpreted them in the light of contrastive analysis of the three languages, Persian (L1), English (L2) and French (L3). Six parts of speech (article, possessive adjective, demonstrative adjective, qualificative adjective, direct/indirect object pronoun, past participle) are considered, as well as interrogative and négative forms. This morpho-syntactic study provided us with results which reveal the predominance of certain types of errors. The concepts of bridging language and empty notions are summoned to account for the presence of cross-linguistic influences.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (27 f.)
  • Notes : Publication refusée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f 375-395

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.