Les Kirghiz et la Kirghizie aujourd'hui : géopolitique et sociétés

par David Gaüzere

Thèse de doctorat en Géographie humaine

Sous la direction de Françoise Rollan.

Soutenue en 2006

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Fermée au monde jusqu'à l'effondrement de l'U. R. S. S. En 1991, la Kirghizie n'en a que mieux conservé ses spécificités locales. Le relief montagneux très accidenté, l'enclavement extrême du pays et la complexité du tracé de ses frontières ont favorisé le repli du peuple kirghiz sur lui-même et contribué à l'affirmation d'une entité ethno-politique propre, originale et ancienne à l'intérieur du monde turcique auquel il appartient. Les 21 tribus kirghizes sont regroupées en 3 grandes confédérations qui se partagent en 2 grands ensembles géographiques régionaux délimités par la rivière Naryn : le nord, peu islamisé, très russifié et ouvert à l'occident, et le sud, plus tourné vers les valeurs traditionnelles, prolonge le monde ouzbéko-tadjik sédentaire de la Vallée du Fergana. Initialement, la Kirghizie s'est trouvée prise dans les rivalités entre la Russie (puis l'U. R. S. S. ) et la Chine ; après 1991, les luttes d'influence se sont étendues aux nouveaux Etats riverains : le Kazakhstan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan. Actuellement, par delà les tensions régionales, l'antagonisme entre la Fédération de Russie et les Etats-Unis attise les querelles locales en se greffant sur les traditionnels antagonismes tribaux et ethniques. Toutes ces influences extérieures ont contribué à la construction de l'identité nationale kirghize. Cependant, aujourd'hui, cette même identité nationale se développe selon deux voies très différentes. A une identité nationale kirghize citoyenne, ouverte à toutes les minorités nationales, s'oppose une autre identité nationale kirghize, ethnique, centrée autour des seuls Kirghiz y compris ceux de la diaspora. Pourtant, une certaine ouverture démocratique différencie aujourd'hui la Kirghizie des autres républiques centrasiatiques. La démocratisation, bien qu'encore inachevée, est d'autant remarquable que la Kirghizie reste avec le Tadjikistan l'un des deux Etats les plus pauvres et les plus menacés d'Asie centrale par des rivalités tant internes qu'externesLe dynamisme d'une société kirghize, multiethnique, tolérante et ouverte au monde extérieur constitue le principal atout de l'enracinement de l'identité nationale et du respect de l'intangibilité des frontières, héritées de l'époque soviétique. Mais, la persistance d'un environnement régional et international instable représente encore la principale menace sur l'avenir du jeune Etat-Nation.

  • Titre traduit

    Kyrgyzstan and kyrgyz people today : geopolitics and society


  • Résumé

    Held apart from the world until the USSR collapsed in 1991, Kyrgyzstan has managed to preserve its local particularities. The extreme undulating mountainous relief, the extreme remoteness of the country, the complexity of the lines of its border have favoured the withdrawal of the Kyrgyz people and contributed to the affirmation of a proper ethno-politic entity, original and ancient, within the Turkish-speaking world to which it belongs. Kyrgyz people of Kyrgyzstan and from outside belong to 21 tribes grouped in 3 mains tribal confederations. They are basically divided in 2 geographical regional groups that are inherited from history and separated by the Naryn river : the north, not very greatly turned to Islam, but greatly to Russia and open to the west, and the south, more turning in on tradition, in continuation with the sedentary uzbek-tajik world of the Valley of FerganaFrom 1981 on, the struggles of influence that primarily involved Russia, (lately USSR), then China, have gradually spread to the new neighbouring states : Kazakhstan, Uzbekistan and Tajikistan. Moreover, on top of the local regional tensions, the antagonism between the Federation of Russia et the United States of America has worsened the local quarrels inside Kyrgyzstan, reinforced by the local tribal and ethnic antagonisms. The national identity was built up in close contact with the external influences. Nevertheless, that national identity follows nowadays two contradictory ways. A national identity civic and open to all national minorities is opposed to a national identity, more ethnical and directed to the genuine Kyrgyz people, including the members of the diaspora. Yet, Kyrgyzstan makes its difference with the surrounding republics through a democratic opening in all fields. The option for democracy, although uncompleted is remarkable, keeping in consideration the fact that Kyrgyzstan is, along with Tajikistan one of the poorest country in Central Asia and as that it is threatened by the merging centrifuge trends (national, tribal, ethnic and local identities), as well as by the hegemonic rivalries of both regional and international powers. The dynamism of the multiethnic, tolerant and opened to the world Kyrgyz society, is the main guarantee for the consistency of the national identity. It guarantees the respect of the intangibility of the border inherited from the soviet era. Nevertheless, the regional and international unstable environment represent the main threat for the future of that young state.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (514 p.)
  • Notes : Publication refusée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 482-495

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.