Etude des motivations à l'usage des substances addictives : liens avec les propriétés renforçantes de la substance de choix et facteurs associés

par Mélina Fatseas

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Marc Auriacombe.

Soutenue en 2006

à Bordeaux 2 .

  • Titre traduit

    Study of the self-perceived motivation for using addictive substances : links with the reinforcing properties of the substance of choise and associated factors


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Introduction : Différentes motivations à l'usage de substances se dégagent de la littérature : une dimension positive de recherche d'euphorie et une dimension négative visant un apaisement des affects douloureux. Objectif : Notre objectif était de décrire les différentes motivations à l'usage des substances, puis d'examiner leurs relations avec, d'une part les propriétés pharmacologiques de la substance de choix, d'autre part les carctéristiques individuelles psychopathologiques. Notre travail a porté sur l'étude des motivations à l'usage des benzodiazépines (première étude), et des différentes substances addictives (seconde étude) chez des sujets dépendants, en traitement. Méthode : Les sujets répondaient à un auto-questionnaire évaluant les motivations à l'usage, à des entretiens avec l'Addiction Severity Index (ASI) et avec le Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI). Pour le seconde étude, des évaluations psychopathologiques et de personnalité étaient réalisées. Résultats : La première étude sur les benzodiazépines a porté sur un échantillon de 92 sujets, dépendants des opiacés. La situation la plus représentée était l'existence des deux motivations , hédonique et auto-thérapeutique (53 %), suivie d'une motivation auto-thérapeutique exclusive (32 %), et d'une motivation hédonique exclusive (15 %). Les comportements de consommation apparaissaient différents selon la motivation. La seconde étude a porté sur un échantillon de 240 sujets. La motivation hédonique était associée à un choix plus fréquent pour les substances les plus renforçantes (héroïne, cocaïne, tabac). Certains facteurs psychopathologiques étaient associés aux motivations. Discussion : Nos résultats indiquent pour certains sujets la possibilité de percevoir deux dimensions de motivations, et pour d'autres de ne percevoir qu'une dimension exclusive de motivation. Ce phénomène pourrait concerner l'usage de l'ensemble des substances addictives. De plus, notre seconde étude est la première étude qui établit un lien entre les différentes motivations, les propriétés renforçantes des substances d'une part, et les caractéristiques individuelles psychopathologiques d'autre part.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (52 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 48-52

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences de l'homme.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : VTP 2006/13
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.