Mise en évidence de cassures double brin de l'ADN induites par irradiation de kératinocytes humains en microfaisceau alpha

par Thomas Pouthier

Thèse de doctorat en Sciences du vivant, géosciences et sciences de l'environnement. Biologie cellulaire et moléculaire

Sous la direction de Philippe Moretto et de Hervé Seznec.

Soutenue en 2006

à Bordeaux 1 .


  • Résumé

    Comprendre les modes d'interaction des rayonements ionisants avec la matière vivante, notamment lors de l'exposition à de faibles doses telles que celles que l'on peut trouver dans un environnement industriel ou dans la nature, reste un enjeu majeur pour l'évaluation du risque associé. Il s'agit d'un problème de société qui n'a pu malheureusement trouver de réponse dans les études épidémiologiques classiques dans la mesure où les seules données fiables concernent des expositions accidentelles à des doses beaucoup plus élevées. L'exposition naturelle représente pourtant la première source dans la vie courante juste devant les sources d'origines médicales (radiologie, radiothérapie). De plus, ce type d'exposition est très difficile à reproduire en laboratoire sur des lignées cellulaires. La méthode principalement utilisée, basée sur l'irradiation aléatoire de populations cellulaires, consiste à calculer le nombre moyen de particules ayant interagi par cellule et repose ainsi sur des lois de distributions statistique (loi de Poisson). En plus des inévitables impacts multiples, la variété des cibles intracellulaires touchées (noyau, cytoplasme), les effets indirects induits par des impacts sur les cellules voisines ou simplement extracellulaires sont autant de phénomènes qui compliquent sérieusement l'interprétation des données. Un microfaisceau de particules alpha a été developpé au CENBG pour réaliser une irradiation ciblée à l'échelle sub-cellulaire avec une précision de quelques micromètres. Il est ainsi possible de contrôler le nombre exact de particules délivrées par cellule (jusqu'à la dose ultime d'un ion par cellule), de prédéterminer avec précision le point d'impact et d'irradier certaines cellules tout en vérifiant la réponse de cellules voisines. La valisation de ce dispositif a été rééalisée au cours de ce travail de thèse, sur des keratinocytes humains exprimant une protéine recombinante nucléaire fluorescente (histone H2B-GFP) en mettant en évidence des dommages nucléaires radio-induits spécifiques et dose-dépendant. La combinaison des techniques en microfaisceau d'ions, de microscopie confocale et d'analyse quantitative numérique a permis de mesurer, in situ et à l'échelle de la cellule unique, la cinétique de phosphorylation de la protéine histone H2A. X et d'aborder l'étude des processus de réparation de l'ADN et d'induction de l'apoptose. Les résultats expérimentaux valident la méthodologie développée en démontrant la reproductibilité du tir et le contrôle de dose à la mise en évidence d'une relation dose-effet qui a été également étudiée en fonction du temps.

  • Titre traduit

    Investigation of double strand breaks induced by alpha particle irradiation using CNBG microbeam in human keratinocytes


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (177 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 163-177

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FTA 3331
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Centrale de Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2006/POU
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.