Le sens et les usages des images de l'eau au bas Moyen âge : fin XIIe-début XVIe siècle

par Arnaud Becuwe

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Georges Jehel et de Philippe Racinet.

Soutenue en 2006

à Amiens .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The œmeaning and the using of water images in late Middle ages : late XIIth-beginning of XVIth century


  • Résumé

    L’iconographie gothique présente une profusion d’images figurant l’eau comme élément symbolique. Tout un réseau d’analogies permet ainsi à l’Église, principalement, de penser cet élément autour du XIIIe siècle et d’exprimer une théologie par le biais d’une eau culturisée qui apporte une part de sacré mais aussi d’ambivalence à l’imago. L’image de l’eau est alors mise en évidence dans les manuscrits, les vitraux, les sculptures et tous les supports de la dévotion, par le biais d’une structure cohérente de relations qui lui donnent un sens et permettent de fixer l’imaginaire qu’elle invoque. Au départ, nous voyons ainsi que l’eau n’est pas neutre dans les images des Bibles, des Apocalypses, des Vies de saints et des Pèlerinages enluminés car l’espace qui lui est laissé au Bas Moyen Âge s’élargit et son emploi, sa couleur, ses formes sont largement signifiants. Mais c’est aussi autour de l’image du saint en Picardie qu’il est possible de comprendre des utilisations spécifiques de l’eau liées à ces intercesseurs proches de croyances populaires locales. Replacer précisément l’image dans son environnement d’origine permet ensuite de mettre en lumière d’autres usages spécifiques des images ou de croyances locales anciennes. C’est ainsi tout un réseau de sacralité dédiée à l’élément aquatique sur des images réalisées en Picardie qui peut être mis en lumière, sur un sceau communal ou dans les œuvres d’églises rurales : sur un vitrail du Déluge, une stèle funéraire, ou encore sur des supports liés à un pèlerinage autour d’une source. Mais ce sont les images sculptées aux XVe et XVIe siècles sur les ensembles de stalles septentrionales qui viennent montrer avec le plus d’évidence les derniers échos de ce système symbolique très ordonné. Lorsque se lisent notamment des sens plus ambiguës et des usages où les réalités spirituelles et sociales tout comme les enjeux de pouvoir apparaissent une ultime fois dans la continuité de temps de l’eau qu’avait défini la tradition médiévale

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (421-XXII f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 20-36. Notes bibliogr. Table des sources iconogr. f. 4-18

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Bibliothèque universitaire. Section Lettres et Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Z 17709/1-2-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.