Structuration des paysages d’interfaces ville / forêt : analyse couplée écologie / économie

par Estelle Dumas

Thèse de doctorat en Écologie du paysage

Sous la direction de Thierry Tatoni et de Marielle Jappiot.

Soutenue en 2006

à Aix-Marseille 3 .


  • Résumé

    Au cours de ces dernières décennies, l’étalement spatial de l’urbanisation au sein de l’agglomération d'Aix-Marseille s’est étendue sur les terres agricoles et les espaces post-cultural, la maison individuelle répondant à une demande d’espace que le centre urbain ne peut offrir. L’organisation de l’urbanisation sous forme linéaire aux abords de ces espaces ou sous forme surfacique à l'intérieur des îlots forestiers structure nouvellement le paysage et tend à le fragmenter. Les conséquences écologiques de la fragmentation sur un milieu sont multiples : notamment, elle réduit les flux d'espèces (Turner, 1989), favorise le développement des espèces de lisière et/ou généralistes (Forman, 1985) , de manière à transformer les écosystèmes et pouvant même altérer leur capacité de résilience. Les dynamiques croisées, urbaines et «naturelles», conditionne l'évolution du paysage et créent de nouveaux types de contacts urbanisation/espaces préforestiers. C’est à leurs niveaux que s’effectuent les échanges entre le système urbain et le système "naturel", ce qui permet de placer l'étude des interfaces urbanisation/milieux "naturels" au centre de deux questions de recherche : Concernant l’organisation de la diversité : l'avancée de l'urbanisation sur les espaces préforestiers est à l'origine d'une fragmentation croissante de ces surfaces. Quelle relation existe-il entre patrons paysagers et organisation de la phytodiversité de ces milieux ? Quelles sont les échelles d’analyses susceptibles de mettre en évidence une telle relation ? Concernant la dynamique urbaine: l’urbanisation à l’intérieur ou aux frontières des espaces «naturels» témoigne d’une perception nouvelle de ces milieux. Dans ce cadre, il s’agit de s’intéresser à la relation entre dynamique urbaine et hétérogénéité paysagère.


  • Résumé

    During the last decades, urban spread around the city of Marseille (a large employment pole in the area), France has extended over agricultural and post-agricultural lands. In this context, single houses answer a demand for space that urban areas cannot offer. Linear and surface urban configurations around or within forest islands have recently re-structured the landscape and increased forest fragmentation. The ecological consequences of such fragmentation can include reduced species dispersal, the expansion of generalist and/or edge species, and a decrease in ecosystem resilience. Thus, urban and natural area relationships drive landscape dynamics and generate various urban-forest interfaces. We therefore constructed research questions focused on urban-forest interfaces. What are the relationships between urban-forest landscape patterns and the organization of plant diversity? At what scales are these relationships most evident? As concerns urban dynamics, urbanization within or at the edge of natural spaces is related to the perception of those spaces. In this case, one must study the relationships between urban dynamics and landscape heterogeneity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (129-[72] f.)
  • Annexes : Bibliogr. 15 f.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 200068436
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.