La chevelure sacrée : pilosité, religion et société dans l'Antiquité

par David Lavergne

Thèse de doctorat en Préhistoire, archéologie, histoire et civilisations de l'Antiquité et du Moyen-Âge

Sous la direction de Pierre Villard.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail consiste en une analyse comparative des valeurs socio-religieuses de la chevelure, de la barbe et de la pilosité corporelle durant l'Antiquité et le haut Moyen Age à partir des sources textuelles et iconographiques. Cette étude porte essentiellement sur les aspects mythologiques et rituels du traitement de la pilosité et comprend, outre le monde gréco-romain et ses marges, les civilisations de l'Egypte et du Proche-Orient ancien. Ses analogies étroites avec le règne végétal, reconnues aussi bien par les mythes que par les médecins antiques, rendent la pilosité humaine particulie��rement apte à ordonner le monde et la société, fonction manifeste lors de nombreux rites de passage ou des cérémonies de deuil. Dotées d'une forte connotation identitaire, la chevelure et la barbe font aussi couramment partie des symboles du pouvoir sacerdotal ou régalien. En conséquence, la pilosité, perçue comme émanation d'une forme de vitalité corporelle, interfère partout avec le domaine du sacré, à commencer par le sacrifice grec, fondement des relations entres les hommes, les dieux et les morts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (438 f.) [34 f. de pl.]
  • Annexes : Bibliogr. ff. 412-431. Index.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.