Les "merveilles de la nature" : histoire naturelle et érudition à l'âge baroque, vers 1560-vers 1660

par Laurent-Henri Vignaud

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de

Soutenue en 2005

à Versailles-St Quentin en Yvelines .


  • Résumé

    Les " merveilles " ont obsédé les consciences de nos aïeux des XVIe et XVIIe siècles : ils les ont observées, étudiées, décrites, collectionnées et échangées avec avidité. Elles n'étaient pas seulement une catégorie de pensée, une notion savante héritée pour une part de l'Antiquité et du Moyen Âge, mais des images (dessins ou gravures) que l'on pouvait reproduire et faire circuler, des phénomènes concrets dont on pouvait témoigner au travers des correspondances et des choses matérielles qui se trouvaient exposées dans les cabinets de curiosités. Pour ce travail, trois axes de réflexion ont été suivis : l'articulation entre science et érudition philologique, l'importance politique des prodiges au moment des guerres civiles et les procédures de l'expertise permettant de rendre compte des étrangetés de nature. La première partie traite de l'héritage, c'est-à-dire de la notion de " merveilles de la nature " comme catégorie de pensée héritée des temps médiévaux et de l'Antiquité restaurée. Elle concerne plutôt la période 1560-1610. La deuxième partie examine le cas particulier des prodiges, à travers l'exemple français. Elle est centrée sur l'historiographie des guerres produite environ 1580-1620. La troisième confronte la " science " des merveilles et la nouvelle pratique expérimentale, présentant la merveille comme l'un des archétypes du " fait scientifique ". Elle concerne plutôt la période 1610-1660.

  • Titre traduit

    "Wonders of nature" : natural history and scholarship between 1560 and 1660


  • Résumé

    People of 16th and 17th centuries were obsessed by the “wonders of Nature”: they observed, studied, described, collected and exchanged them passionately. Wonders of Nature were not only an intellectual category or a learned notion partly bequeathed by Ancient and Medieval thought, but also a body of pictures (drawings or engravings) easily reproducible and distributable, a series of natural phenomena which can be attested by letters and a set of objects on display in cabinets of curiosities. This works follows three directive patterns: 1) articulation between science and philological scholarship; 2) function of prodigies during French 16th century civil wars, and 3) appraisal processes used in giving account of strange natural objects. The first part of the study is devoted to the legacy, in other word to the notion of “wonders of Nature” as an inherited intellectual category, and is focused on the years 1560-1610. In the second part, the specific case of the prodigies is considered, mostly between 1580 and 1620, and through French historiography of the civil wars. Third part confronts the “science” of the wonders of Nature with the new experimental practice which, between 1610 and 1660, makes the wonder a pattern of “scientific fact”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol.(542, 327 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. vol.1, f.73-94. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 940.2 VIG
  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 940.2 VIG
  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 940.2 VIG
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.