Mouvements des femmes et changements des régimes genrés de représentation politique au Québec et en France (1965-2004)

par Isabelle Giraud

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Armelle Le Bras-Chopard.

Soutenue en 2005

à Versailles-St Quentin en Yvelines en cotutelle avec Montréal .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les transformations des régimes genrés de représentation politique, c'est-à-dire les créations institutionnelles destinées à corriger les inégalités liées aux rapports sociaux de sexe dans l'activité d'agrégation-conversion des intérêts et des identités d'ordre socio-économiques, en intérêts et identités d'ordre politique. Nous posons l'hypothèse que les régimes genrés de représentation politique changent sous l'effet conjugué des relations entretenues entre acteurs/actrices des espaces pluriels de représentation politique, intéressés par les questions de genre, et des registres discursifs, structurant à la fois l'interprétation des turbulences politiques, sociales ou institutionnelles, qui déstabilisent les régimes genrés de représentation politique, et la construction des revendications, dans les milieux féministes. Nous étudions ce phénomène à travers les mobilisations et les discours sur la représentation politique et la citoyenneté des militantes dans les mouvements des femmes français et québécois, dans les médias, dans les universités, et ceux produits par les organismes officiels chargés de mettre en œuvre les politiques de genre depuis 1965. Nous mettons en évidence l'existence de quatre registres discursifs légitimant les institutions et leurs activités, les revendications et les changements réalisés. En retournant à la genèse des innovations institutionnelles, nous montrons que la dimension institutionnaliste et culturaliste des transformations politiques qu'ont connu les femmes au Québec depuis 1970, entre en crise au milieu des années 1990, remise en cause par des demandes de démocratisation émanant des groupes de femmes et menacée par une tendance de l'État à la libéralisation du régime genré de représentation politique. Inversement, en France, nous constatons qu'après une longue période de gestion des questions liées au genre sur un mode libéral, la fin des années 1990 s'avère plutôt propice à l'apparition de politiques d'innovation institutionnelle, selon un registre discursif institutionnaliste et culturaliste, encore en cours de construction, mais soutenu par de nombreuses femmes en mouvement.

  • Titre traduit

    Women's movements and changes in gendered regimes of political representation in Quebec and France : 1965-2004


  • Résumé

    My thesis takes as its main object of study changes in gendered regimes of political representation, that is to say, institutional innovations aim at correcting gender inequalities appearing in the activities of transformation of socio-economic interests and identities in political ones. My hypothesis is that gendered regimes of political representation change under the double effect of relationship between gender's questions interested actors of plural spaces of representation and discursive registers, structuring at once the interpretation of political, social and institutional turbulences,destabilising political representation regimes, and the construction of feminist claims. We study this phenomenon through the compared mobilisations and discourses on political representation and citizenship made by militants in women's movements in France and Quebec, in media, in universities, and in official institutions in charge of gender's politics since 1965. We discover four discursive registers legitimating institutions and their activities, claims and changes made. While returning to the genesis of institutional innovation, we notice that the institutionalist and cultural character of the changes for women in Quebec since 1970 entered in crisis since the middle of 90', challenged by claims for democratization made by women's groups and trend from the state to liberalisation of the gendered regime of political representation. On contrary, in France, we founded that after a long periode of liberal management of gender's questions, the end of the 90' favoured the emerging of institutional innovation policies, sustained by an institutionalist and cultural discursive register still in construction, but supported by women in movement.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(599 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.p 553-593. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 323.3 GIR
  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 323.3 GIR

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.