Chinon au XVIIIe siècle, étude sociale

par Bernard Vigouroux

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Brigitte Maillard.

Soutenue en 2005

à Tours .


  • Résumé

    Chinon au XVIIIe siècle, est une petite ville qui s'est assoupie depuis la fin du Moyen Âge. C'est d'abord un centre administratif et judiciaire doté de toute la palette des juridictions d'Ancien Régime. La médiocre activité de production textile périclite. L'activité commerciale se limite à la vente des productions agricoles assez diversifiées des campagnes proches dans une étroite aire de diffusion. Le commerce au loin n'est pas l'activité motrice de la ville. Les élites ne se résument pas aux ordres priviligiés. Ce sont les officiers moyens, nobles et roturiers, qui en constituent l'essentiel. Les avocats, les médecins, quelques bourgeois et un ou deux négociants les complètent. Au total, elles représentent environ 5% des habitants. L'indépendance économique ainsi que l'activité professionnelle définissent les groupes moyens, le quart des habitants. Leurs cotes fiscales les placent au premier plan des contribuables. Le peuple, les deux tiers des habitants, comprend les journaliers, travailleurs non qualifiés, ainsi que les salariés et les domestiques. Une grande partie des artisans, pour la plupart intégrés dans des communautés, relève aussi du monde populaire. La pluriactivité de l'ensemble des membres du ménage est une obligation. Les mauvaises années, l'âge et le veuvage peuvent conduire à la mendicité. L'immobilisme conditionne la structure sociale, rendant impossible l'émergence de nouvelles élites capables de dynamiser la ville.


  • Résumé

    In the 18th century, Chinon is a town that has been sound asleep since the beginning of the Middle Ages. It's first of all an administrative and judiciary town whose laws are inherited from the Ancien Régime. The poor textile production is in jeopardy. The main trade activity is in the sale of local agricultural products : although the production is diversified, it is not exported enough. Overcounty trade is not the driving activity of the town. The leading class is made of privileged orders, middle officers, noblemen, commoners, lawyers, doctors, a few bourgeois and one or two tradesman. They represent 5% of the inhabitants. The middle class is made of people who are economically independent and have a professional activity ; they represent 25 % of the inhabitants and are the most numerous tax payers. The other two-thirds of the inhabitants are the people : daily labourers, unskilled workers, wage-earners and servants. Most artisans, who belong to this class, are organised in communities. All family members need to have more than one activity. During hard years, old age and widow(er)hood may lead to pauperism. The lack of upward mobility is the main feature of this society ; this makes the emerging of a new leading class which could revive the town impossible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. ( 692 f., [317]f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr., vol. 4, f. 1-28

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. UFR arts et sciences humaines. Bibliothèque d'histoire, histoire de l'art et archéologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : V 4= 1285
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : V 4= 1286
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : V 4= 1287
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : V 4= 1288
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.