Le récit bref à la veille de la Révolution : formes narratives et pratiques culturelles

par Sophie Deniau

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Didier Masseau.

Soutenue en 2005

à Tours .


  • Résumé

    En nous appuyant sur les récits brefs publiés dans la presse périodique entre 1761 et 1789, nous nous proposons d'examiner ces textes en tant qu'indices sur les comportements culturels dans la seconde moitié du siècle. L'étude de ces récits implique une réflexion rhétorique car ils ne forment pas un genre constitué et identifiable. L'instabilité des notions de roman, conte, et nouvelle engendre de nombreux effets de brouillage qui favorisent la multiplication des critères permettant le classement des œuvres. Ces éléments formels annoncent de nombreux changements culturels. La conquête d'un lectorat plus "ordinaire" conduit les acteurs culturels à recourir à des formes narratives brèves mais également à des pratiques de la brièveté (extraits). Une étroite dépendance s'établit entre les ouvrages de fiction et la presse périodique, instrument d'analyse, de diffusion des textes et d'information du public, participant directement à de multiples interférences (fiction/réalité, privé/public).


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 347 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.332-344 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL 11357
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 11358
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.