Le noyau de la cellule végétale est-il autonome en matière de signalisation calcique?

par Tou Cheu Xiong

Thèse de doctorat en Biosciences végétales

Sous la direction de Raoul Ranjeva et de Christian Mazars.

Soutenue en 2005

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Does the plant cell nucleus behave as an autonomous compartment in calcium signalling ?


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Dans ce travail, nous démontrons, pour la première fois chez les végétaux, que des noyaux isolés de cellules de Tabac BY-2, perçoivent des stimuli physiques (température et choc mécanique) et les convertissent en variations spécifiques de calcium libre nucléaire. La modélisation mathématique suggère que le noyau se comporte comme un système clos. Sur le plan mécanistique, les mouvements calciques sont régis par des canaux de type IP3 ou TRP localisés sur la membrane interne. Le taux de calcium nucléaire libre est régulé par des sphingolipides dont certains sont activateurs des canaux TRP. Dans les cellules entières, le cytosol contrôle l'action des sphingolipides (présents dans le noyau) sur l'homéostasie calcique nucléaire. Les résultats renforcent le concept d'autonomie partielle du noyau en matière de signalisation calcique encore controversé en biologie cellulaire. Ils montrent, par ailleurs, l'existence de connections entre différentes voies de signalisation dans le noyau.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 114 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 106-114

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2005TOU30197
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.