L'Angleterre et les juifs (1640-1660) : identités et représentations "juives" de la nation anglaise

par Frédéric Herrmann

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation anglaises

Sous la direction de Jean-Louis Breteau.

Soutenue en 2005

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Ce travail tente de montrer à travers l'étude critique de pamphlets, de sermons et de traités, comment la figure des Juifs fut utilisée dans les polémiques politiques et religieuses des années 1640/50 en Angleterre pour rendre compte des aspirations d'une nation en crise. L'historiographie a défendu la thèse d'un " philosémitisme " au XVIIe siècle s'exprimant par la récupération de l'idée de nation élue ou par le discours sur la conversion des Juifs. Néanmoins, les bénéficiaires de ce " philosémitisme " ne sont pas tant les Juifs de la période que l'Angleterre elle-même, alors amenée à se façonner une nouvelle identité. Comme outil de la représentation, le Juif n'est pas un simple modèle d'identification mais aussi un " ennemi intérieur ", figure héritée de la tradition chrétienne qui trouve son prolongement au XVIIe siècle dans la relation complexe des puritains à la Loi biblique et dans les représentations identitaires, nationales et politiques que l'on a des Juifs contemporains (en particulier des marranes).

  • Titre traduit

    England and the Jews (1640-1660) : “Jewish” identities and representations of the English nation


  • Résumé

    Based on the critical analysis of various pamphlets, sermons and treatises, this PhD aims to show that the figure of the Jew was used in political and religious polemical debates of the 1640s&50s in England in order to represent the aspirations of a nation undergoing profound change. Historiography has laid much emphasis on the concept of a 17th c. English “philo-semitism” derived from the re-appropriation of the idea of the “elect nation” and the discourse on the conversion of Diaspora Jews. However, the main beneficiaries of this “philo-semitism” were not so much contemporary Jews but England herself, a country in the process of forging a new identity. As a means of representation, the Jew was not simply a model of identification but also an “enemy within”: a figure inherited from Christian tradition who survived into the early modern period via the complex relationship of puritan culture with Biblical Law, and through the political, national and identity-based representations of contemporary Jews, in particular Marranos.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (670 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 628-655

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.