Les activités pétrolières de Péchelbronn (1735-1970)

par René Walther

Thèse de doctorat en Histoire et civilisation de l'Europe

Sous la direction de Michel Hau.

Soutenue en 2005

à l'Université Marc Bloch (Strasbourg) .

  • Titre traduit

    ˜The œPechelbronn oil industry (1735-1970)


  • Résumé

    Comment les activités pétrolières démarrent-elles en 1735 et pourquoi se prolongent-elles jusqu'en 1970 à Pechelbronn en Alsace ? Trois systèmes d'exploitation, familial pour le premier, industriel et capitaliste pour le deuxième, soutenu par l'Etat pour le dernier s'y succèdent. La brouille des actionnaires de la Compagnie d'Asphalte permet aux Le Bel de s'emparer de la concession de 1760 à 1867. La mine, la manufacture de graisse et l'agriculture constituent les bases économiques de leur stratégie dynastique. De 1868 à 1888, le Pechelbronn est totalement transformé par la révolution industrielle. L'extraction par forage remplace la technique des galeries. L'entreprise prospère, mais Joseph-Achille Le Bel et ses sœurs préfèrent quitter l'Alsace annexée en 1888. La société anonyme alsacienne, qui prend alors en charge la concession échoue à écarter de Pechelbronn les capitaux allemands. La Deutsche Erdöl Aktiengesellschaft (D. E. A. ) acquiert les pétroles alsaciens en 1906 et se sert de cette base régionale pour construire une société pétrolière allemande, de dimension européenne. Pendant la Première Guerre mondiale, la pénurie pétrolière provoque la reprise du creusement de galeries. Après la victoire française, les Allemands sont expulsés et Pechelbronn Société Anonyme d'Exploitations Minières devient, entre les deux guerres, l'instrument de la politique pétrolière française. Désormais, le Pechelbronn ne fonctionne plus selon les lois du marché. Pendant l'Occupation, la D. E. A. Récupère le gisement et la S. A. E. M. Survit outre-Vosges grâce à ses filiales. A la Libération, elle reconstruit la raffinerie bombardée mais l'extraction baisse et l'Etat réduit ses subventions. Le démantèlement des mines et usines dure de 1951 à 1970, date de la disparition de la dernière activité pétrolière à Pechelbronn. Les filiales ont eu le temps de se restructurer autour de l'enseigne ANTAR pour former le septième groupe de raffinage et de distribution français.


  • Résumé

    How did the oil industry manage to survive from 1735 to 1970? In 1735 the conditions were fulfilled for fhe sustained and profitable extraction and transformation of oil-bearing sands in Alsace. However, a disagreement among the shareholders meant that collective ownership was replaced by family-based capitalism. Thus, from 1760 to 1867, the Le Bel family pursued a “dynastyc” strategy relying on both farming and mining activities; Then, from 1868 to 1888, the industrial revolution brought about radical change in Pechelbronn, as the digging of gradually gave way to new drilling techniques. The oil company prospered, but then, in 1888, Joseph-Achille Le Bel and his sisters decided to sell. The Alsatian public limited company which took over the mining concession made considerable profits, but failed to prevent an inflow of German capital. Between 1906 and 1918, the D. E. A. (ie, Deutsche Erdölgesellschaft) gained control of Alsatian oil, which permitted the German company to develop into a large Europe-wide concern. During the first world war, oil shortages led to renewed mining activity. As France emerged victorious from the conflict, the Germans were throw out, and the newly-set up Pechelbronn Société Anonyme d'Exploitations Minières became an instrument of French oil policy between the two world wars. As a result, the Pechelbronn was no longer regulated by market forces. During the German occupation in the second world war, the D. E. A. Regained possession of the oilfield, while the S. A. E. M. Remained in business thanks to the subsidiary companies it had spawned elsewhere in France. From 1945 to 1950, it proceeded to rebuilt the bombed-out refinery, but the quantity of oil extracted dwindled, and government subsidies decreased accordingly. From 1951, the mines and factories in Pechelbronn were gradually dismantled, and in 1970, exploitation of the site ceased completely. At the same time, the ANTAR subsidiary became the seventh largest oil refining company in France.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (741 f.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 711-741. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2005,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2005,2
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2005,3
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèques des sciences historiques.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH/2005/WAL/1-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.