Antibioprophylaxie perpartum : à propos de deux cas de chocs anaphylactiques

par Delphine Renoult-Litzler

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Loïc Marpeau.

Soutenue en 2005

à Rouen .


  • Résumé

    Les infections materno-foetales à streptocoques B, malgrè des traitements antibiotiques bien conduits, sont la première cause de maladie bactérienne et de décès chez les nouveau-nés. L'idée de traiter in utero, en débutant l'antibiothérapie pendant le travail, a donné lieu à de multiples protocoles. Les principales approches reposant sur l'identification des femmes enceintes colonisées et/ou sur l'identification des facteurs de risques d'infection. Mais cette attitude systématique n'est pas sans risque et nous rapportons dans ce travail deux cas de chocs anaphylactiques après une antibioprophylaxie perpartum. En ne conservant que le portage vaginal du SGB chez la femme enceinte comme seul critère nécessaire à l'instauration d'une antibiothérapie perpartum, le taux de femmes traitées s'élève à 25% et expose à un suremploi d'antibiotiques et à son cortège d'effets indésirables. Même si le risque de réaction allergique à la pénicilline ne semble pas dépasser celui de la population générale, sa prise en charge est rendu plus complexe du fait de la double implication maternelle et foetale.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol (94 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 79-88

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THM 05.57
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2016-002603
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.