Marcel Le Clerc (Klerg) et la revue Barr-Heol

par Christophe Cochin

Thèse de doctorat en Breton et celtique

Sous la direction de Gwendal Denis.

Soutenue en 2005

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Originaire de Plémet, en Haute-Bretagne, l'Abbé Marcel Le Clerc passa sa vie de prêtre dans le Trégor. Militant nationaliste convaincu, il prit fait et cause pour le Mouvement breton. Pendant vingt-cinq ans, il lutta pour maintenir debout sa revue Barr-Heol, née de la rupture avec le Bleun-Brug, essentiellement pour des raisons d'orthographe. Il traduisit également de nombreux livres liturgiques à l'usage des églises catholiques. Il consacra toute sa vie à la défense de la langue bretonne. La période n'était pas propice : entre les années 50 et 80, le breton s'écroulait de toutes parts et il fallait le courage de l'abbé Le Clerc pour maintenir la langue au catéchisme de Buhulien ou dans son bulletin paroissial, " Koulmig ar Gindi ". Il était également passionné par le gallois et la toponymie. Sa mort laissa un vide dans le Mouvement Breton. Mais quelle a été l'influence de l'œuvre de Marcel Le Clerc sur la littérature bretonne aujourd'hui ? Lit-on encore les cent numéros de sa revue vingt-cinq ans après ? Par sa ténacité, sa volonté d'apprendre la langue, d'employer et de diffuser un breton simple et authentique, il restera une figure marquante du renouveau linguistique

  • Titre traduit

    Father Marcel Le Clerc and Barr-Heol


  • Résumé

    Father Marsel Klerg was born in Plemet, in Upper Brittany in 1912. He spent his working life as a priest in Tregor. He was an ardent nationalist and fought all his life for the Breton movement. In 1953, he cut off links with the “Bleun-brug” and managed for 25 years to keep alive his magazine “Barr-Heol” going. He translated many religious books for use in Church. Although he shared a great interest for the Welsh language with his friend Armans ar C'halvez, he spent all his life defending and promoting the Breton language which he began to learn while at school at Saint-Brieuc. This was not an easy task between the years 55 and 80. The use of the language was falling at a catastrophic rate, and Marsel Klerg had to fight to maintain the use of Breton in the catechism of Buhulien or in his parochial bulletin. When he died in 1984, his loss was deeply felt by the Emsav, the Breton movement. 25 years later, it is nearly impossible to find all 100 issues of his magazine. But who nowadays still remembers Father Klerg ? By his courage and his will to learn the language and to use a simple, true and authentic Breton, he will remain an example to all those who knex him, and indeed perhaps for others also

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (395 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 388-391. Index des articles p. 366-387

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2005/104

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2005/REN2/0051
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.