Étude paléogénétique de populations bovines anciennes du Proche et Moyen-Orient et de l'Europe de l'Ouest : éclairage sur la domestication des boeufs au néolithique

par Mélanie Pruvost

Thèse de doctorat en Archéologie et archéométrie

Sous la direction de Serge Cassen et de Eva-Maria Geigl.

Soutenue en 2005

à Rennes 1 .


  • Résumé

    Le processus de la domestication de l'aurochs, l'ancêtre du bœuf moderne éteint il y a 400 ans, est encore obscur, malgré le nombre important d'analyses génétiques et archéologiques et un corpus important de fossiles. L'analyse de l'ADN mitochondrial conservé dans des ossements de sites archéologiques français et proche-orientaux nous a permis d'aborder l'émergence de la domestication au Néolithique sous un angle différent. Pour rendre l'approche paléogénétique plus fiable, un protocole a été développé, l'UQPCR, qui allie l'amplification de l'ADN ancien par PCR quantitative en temps réel à une méthode de décontamination. Les résultats paléogénétiques ainsi obtenus ont permis de montrer que ce sont les aurochs proche-orientaux qui ont été domestiqués il y a environ 10 500 ans et qu'ils ont été importés à l'état domestique en Europe au cours des migrations néolithiques.

  • Titre traduit

    Paleogenetic study of ancient bovine populations from the Near and Middle-East and from Western Europe : elucidation of the bovine domestication during the Neolithic


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (299 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 262-285

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 2005/129
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.