Contribution à l'étude anthropologique des populations de Catalogne : l'exemple du cimetière médiéval et moderne du prieuré Sainte-Marie de Panissars (Le Perthus, Pyrénées-Orientales)

par Marina Rachel Corinne Hue

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Jean-Marcel Goger et de Claude P Bouville.

Soutenue en 2005

à Perpignan .

  • Titre traduit

    Contribution to the anthropological study of the populations of Catalonia. The example of the mdieval and modern cemetery of the priory Holy Marie of Panissars (Le Perthus, Pyrénées Orientales)


  • Résumé

    Les fouilles du site de Panissars ont mis au jour entre 1985 et 1993 près de 200 inhumations datées du XIème au XVIIème siècle. Elles font partie d'un ensemble de structures dont le centre actif fût le prieuré Sainte-Marie de Panissars. Il repose sur les ruines du trophée de Pompée, érigé en 71 avant J. C. , au retour des guerres de pacification de l'Espagne. Le col de Panissars fut au centre de la querelle franco-espagnole pour la possession de la Catalogne. Ce conflit fut réglé en 1659 par le traité des Pyrénées après la conquête du Roussillon par Richelieu. Ce traité fit passer désormais la frontière par le prieuré de Panissars et fut à l'origine de son abandon. Réparties dans et autour du prieuré, les inhumations sont souvent en pleine terre, les dalles de couverture étant rares. La plupart des tombes sont individuelles, seule une zone recèle des inhumations collectives secondaires. Le mobilier funéraire est rare mais bien daté : bagues, crucifix, aiguilles, coquilles Saint Jacques et monnaies fournissent des renseignements sur les activités de la communauté. L'étude anthropologique portant sur l'estimation de l'âge, du sexe et de la stature nous éclaire sur la population autochtone ou allochtone. Avec l'étude complémentaire des pathologies, une caractérisation précise de cete population est possible. Parmi les hypothèses : population locale appartenant à la communauté rurale, par ailleurs connue par les textes (A. -D. P. O. ), moines, soldats, pélerins sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.


  • Résumé

    The Sainte Marie de Panissars Priory, on the Panissars Pass, was built on the Roman ruins of the Pompeius Trophy near the village of Perthus (Pyrénées-Orientales). The Domitian Way, then the Augustan Way, went through the middle of the site until the Priory was built. The Benedictan friars occupied this cross-border site from the 11th to the 17th centuries. The archeological excavations carried out by Georges Castellvi (on the French side) and J. M Ripoll and I. Roda (on the Spanish side) led to the discovery of the ruins of the priory and of the necropolis in and around the site. The aim of the present research, which concerns this anthropological collection, is to see whether or not the people buried there are locals. For a very long time the priory has been a stopping place along the Santiago de Compostela route, and so certain graves are those of pilgrims, who were buried with shells. Since the Sainte Marie cemetery is not a parish graveyard, it is interesting to use anthropological techniques to find out why certain people were buried on this spot. The Sainte Marie de Panissars cemetery and the Vilarnau cemetery are the only two necropolises that are currently being investigated in the département. The information resulting from this research will be a useful contribution to understanding the history of the Roussillon region.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Lettres et Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2005 HUE
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.