Effets d'une exposition intermittente à l'hypoxie couplée à un entraînement en basse altitude sur la performance aérobie et acclimatation chez les athlètes de haut niveau

par Julien Brugniaux

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Jean-Paul Richalet.

Soutenue en 2005

à Paris 13 .

  • Titre traduit

    ˜ œLiving High - Training Low : effects on aerobic performance and on acclimatization in elite enduance athletes


  • Résumé

    Le modèle d'entraînement << vivre en haut - s'entraîner en bas >> consiste à bénéficier de l'aclimatation à l'altitude (augmentation du volume de globules rouges) tout en s'entraînant en normoxie (entraînement normal). Les résultats sont contradictoires : certaines études observent une stimulation de l'érythropoïse et une augmentation des performances aérobies, alors que d'autres non. Les résultats divergent parce que les mécanismes adaptatifs proposés divergent (polyglobulie vs. Modifications musculaires). Nous avons observé au cours de 3 protocoles différents que les athlètes élites tolèrent bien ce modèle d'entraînement et qu'ils développent une acclimatation ventilatoire. Les performances aérobies sont améliorées à la sortie du stage, grâce à une amélioration du transport de l'O2 et restent augmentées pendant 15 jours, mais certainement par d'autres mécanismes. Un minimum de 250h d'hypoxie semble nécessaire et un entraînement de type interval-training est à privilégier.


  • Résumé

    The living high - training low model consists of combining the positive effects of hypoxia (resulting in an increase in red cell volume) with normal training in normoxia. Literature evidences conflicting results : some studies have shown an improvement in both oxygen carrying capacity and aerobic performance, while others did not. Results differ since the proposed adaptative m"chanisms are different (polyctemia vs. Muscular alterations). From 3 different protocols, we have concluded that this model of training was well tolerated by elite athletes and that they experienced ventilatory acclimatization. On another hand, aerobic performance was certainly due to other mechanisms. A minimum of 250 hours in hypoxia appears to be necessary and training modalities should privilege interval-training.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (204 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.130-152

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2005 008
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.