Biomécanique de la symphyse mandibulaire chez l'homme moderne, intérêt de l'évaluation qualitative et quantitative des déformations des branches horizontales mandibulaires

par Alain Hoornaert

Thèse de doctorat en Sciences biologiques. Biomécanique

Sous la direction de Claude Bortolussi.


  • Résumé

    L'objectif principal de ce travail est d'analyser la validite des conditions associees a l'hypothese fonctionnelle de la symphyse mandibulaire humaine d'un point de vue biomecanique. Cette etude a necessite le developpement d'un capteur de deplacement qui permet l'analyse du petit deplacement relatif des dents cuspidees mandibulaires. Notre etude porte sur un echantillon de cinq personnes pour lesquels les mesures ont ete effectuees lors d'evenements de morsure isometrique sur un capteur d'effort, lors de l'ouverture buccale ou lors d'evenements tests. D'un point de vue qualitatif pour les evenements de morsures isometriques nos resultats refletent en partie les deformations mandibulaires observees chez l'animal sauf pour la flexion dans le plan horizontal. Pour l'ouverture buccale on retrouve les resultats observes par divers auteurs qui par d'autres moyens d'etudes ont montre un rapprochement des arcades dentaires. D'un point de vue quantitatif pour 98. 8 % des evenements observes les deux parties du corps mandibulaire se rapprochent l'une de l'autre. Ceci implique au niveau symphysaire des efforts de traction du cote vestibulaire et de compression du cote lingual. L'analyse statistique des donnees et le test du n2 d'independance montre que le petit deplacement des arcades se fait globalement dans le meme sens quel que soit le sujet pour les divers evenements observes. D'un point de vue anthropologique nos resultats confirment le role de poutre de la symphyse mandibulaire humaine et valide l'hypothese de la signification fonctionnelle du menton.

  • Titre traduit

    Biomechanics of the mandibular symphysis contribution to the study of slight displacements of the dental arches


  • Résumé

    The mandibular symphysis is a specific character of the mankind which differentiates it from the other monkeys. The main aim of this study was to assess the validity of the conditions associated with the functional hypothesis of the human mandibular symphysis from a biomechanical point of view. In order to accomplish this, we measured the relative movements in the horizontal mandibular branches during events requiring the use of the muscles which insert on the mandibule. This study required the development of an original displacement sensor in order to assess the slight displacement in cuspid teeth (which are linked together) of the mandibular arch when we compared the right side to the left side. Our results partially found the same deformations seen by hylander in animals except for the flexion in the horizontal plane, in contrary 98. 8 % of the observed events show that the two part of the mandibular corpus are closing together. These findings give us one explanation for the morphological differences between the mandible of man and other monkeys.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 135 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 111-117

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(2005)340
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.