Apparition de l'ombre et émergence de la spectralité : étude des représentations du spectre d'Hamlet sur la scène française (1769-2004)

par Leila Adham

Thèse de doctorat en Études théâtrales

Sous la direction de Christian Biet.

Soutenue en 2005

à Paris 10 .


  • Résumé

    Au XVIéme siècle, il est courant d'affirmer une parenté ontologique entre les univers du surnaturel et de la scène. Autant dans les ouvrages théoriques que dans les pièces, l'acteur est envisagé comme une ombre, et la représentation comme une apparition. Le théâtre de Shakespeare est tout entier empreint de cette poétique de l'invisible dont les origines remontent à l'Antiquité. Si cette conception précède donc de loin le XXème siècle, elle est reprise, dès les années 1900, par des metteurs en scène soucieux d'élever la pratique scénique au rang d'art à part entière. Craig, Vitez, Brook définissent la scène comme un espace capable de saisir l'invisible et dégagent, à partir de cette définition, une essence propre au théâtre. La mise en scène cesse d'être appréhendée comme l'illustration du manuscrit dramatique et gagne son autonomie. Le visible devient le champ de l'écrit, l'invisible, celui de sa représentation. Fondée sur la mise en scène shakespearienne, cette pensée fait du spectre d'Hamlet le paradigme d'une réalité scénique qui existe sans exister. A travers une sélection d'Hamlet, ce travail retrace la généalogie de cette théorisation de la représentation, et interroge ses limites.

  • Titre traduit

    Appearance of the shadow and emergence of the spectre : Hamlet's ghost on the French stage (1769-2004)


  • Résumé

    In the 16th century, it is quite frequent to claim that the sphere of the supernatural and that of the stage are ontologically linked. In the theoretical works as well as in the plays themselves, the actor is depicted as a shadow, and the performance, as the appearance of the dead. Shakespeare's art bears the imprint of this poetics of the unseen, whose origins date form the Antiquity. Therefore, if this conception far precedes the 20th century, it has been reaffirmed since the 1900's by producers who's intention was to put forward the staging as an art. Craig, Vitez and Brook now define the stage as a space capable of seizing unseen forces and retain, from this definition, a dramatic essence more properly suited to the theatre itself Staging stops being considered as an elementary translation of the text, and gains its autonomy. The visible world becomes the field of the written text, and the invisible that of its performance. Based on Shakespearian staging experiences, this idea made of Hamlet's ghost the paradigm of the theatrical reality, which is and is not. Through a selection of Hamlets, this work discusses the genealogy of this metaphysical theory of the staging, and examines its limits.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (441 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 379-403. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 05 PA10-112 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.