La banque de détail dans l'Union Européenne : Quels acteurs dans quel marché ? : une approche par le tryptique : organisation, concurrence, tarification

par Emmanuel Hapette

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Paul Betbèze.

Soutenue en 2005

à l'Université Paris-Dauphine .


  • Résumé

    L'Europe de la banque de détail est aujourd'hui encore une mosaïque de marchés nationaux de banque de détail. Cette fragmentation contraste avec l'union monétaire et celle du marché financier. Les spécificités des banques de détail motivent cette situation. Leur fonction d'intermédiation crée des liens étroits avec le marché financier. La dimension accrue du marché financier unique et la désintermédiation des dépôts des clients, indirectement captés par les banques via des supports négociables, augmentent la taille critique pour la gestion des banques. Ces motifs sont renforcés par d'autres seuils concernant les investissements technologiques. Communes à l'Union, ces évolutions plaident pour des méga-banques internationales. En revanche, la dimension commerciale de l'activité de la banque de proximité amène à nuancer ce diagnostic. La demande propre à chaque client exige réactivité et capacité d'ajustement. La différenciation des offres en dépend, limitant une concurrence frontale en prix. Cette présence active sur le terrain, génératrice d'un pouvoir de marché, requiert des relations de long terme. Pour se développer plus rapidement, une banque peut tirer profit de l'acquisition d'une autre entité. Toutefois, les primes d'acquisition et les difficultés d'intégration constituent des obstacles aux regroupements bancaires, surtout internationaux. Pour lier les aspects industriels et commerciaux, la variable tarifaire met en regard les produits et charges bancaires. Source potentielle d'une atténuation de la concurrence, la concentration des parts de marché voit ses effets compensés par la diminution d'autres imperfections de marchés. Présents dans toute l'Europe, les établissements mutualistes affichent des traits spécifiques, avec des stratégies industrielles et commerciales différentes des banques capitalistes. La perspective d'intégration du marché bancaire européen et d'apparition de méga-banques internationales soulève des questions prudentielles considérables actuellement non résolues à l'échelon européen.

  • Titre traduit

    Retail banking in the European Union : which players in which market? : an analysis with the three fold approach : organization, competition, pricing


  • Résumé

    With the creation of the Euro, the European Union has a new instrument to get the national spaces closer. However, the convergence process of economies and societies of the member states has to face numerous and deep difficulties. Using a panel of varied indicators, a comparative analysis of national profiles shows that important gaps persist. Public powers of member states play a key role. So the organization of the retail banking market is shared between a nearly unified continental financial market and still fragmented retail banking national markets. This situation makes ambiguous the way that retail banks carry out their proximity works. Starting with a study of the economic functions of retail banks, the thesis proves the opportunity of operational regrouping, as they enable entities to share the costs of management tools that increase with the changing in banking intermediation and the development of financial markets. With technological evolutions and the new techniques to manage assets liabilities and risks, the Euro increases the interest of international mergers. Yet the commercial dimension of retail banking requires qualifying these prospects. The fragmentation of retail banking national markets may be illustrated by information asymmetries and heterogeneous commercial strategies. These frictions cause competition biases, which generate national, regional or even local market powers. The importance of proximity factor also appears in operational difficulties that the implementation of mergers has to deal with. The genesis of mega-banks and the concentration of market-shares imply risks, which are nevertheless qualified in the study. To establish a link between these industrial and commercial approaches, pricing offers a way to associate quite opposed perspectives. The current empiric reality reveals strong national specificities. Apart from these disparities, the active presence of mutual structures is a common feature, with management rules and commercial strategies that differ from capitalist banks. At least, externalities generated by banking activities make necessary widening the study. In addition to the emergence of risks linked with too strong a competition, the current normalization of European space indicates the lack of common rules and authorities to cope with the regulation of European banking market. To complete these lacks, several arguments are developed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (275 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.348-354. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.