La construction socio-pédagogique de l'élève étranger allophone et ses effets sur les histoires scolaires

par Nicole Blondeau

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Geneviève Vermès.

Soutenue en 2005

à Paris 8 .


  • Résumé

    Cette recherche examine la question de la réussite scolaire d’élèves étrangers allophones, issus de milieu populaire, arrivés à l’école française pendant les années 1980, désormais diplômés de l’enseignement supérieur. L’approche méthodologique choisie est de type qualitatif et l’analyse s’appuie sur les données recueillies au moyen d’entretiens compréhensifs. L’échantillon de personnes interviewées est exemplaire quant à l’ensemble des dominations qui les caractérisent : sociales, culturelles, symboliques, historiques pour quelques-unes. Cependant, elles ont renversé ces dominations. Elles ont aussi contrarié les attentes de l’Institution : les circulaires officielles de 1970 et 1973 concernant les élèves non francophones montrent que l’école envisageait, pour les enfants d’immigrés, à peu près le même destin social que celui de leurs parents. A partir des entretiens, une analyse par thème a été réalisée: débuts de l’apprentissage du français, action des enseignants, rapport à « l’apprendre », cheminements scolaires, statut des langues et cultures maternelles et secondes, rôle des parents, élaboration de soi à travers les différences, la honte. Les personnes interviewées se sont, dès leur arrivée à l’école française, constituées en sujets/acteurs scolaires performants. Toutefois ces réussites coûtent cher pour l’individu et ne se font pas sans souffrance. Quand certains de ces transfuges sociaux deviennent transfuges culturels, ils affrontent douloureusement les éloignements familiaux.

  • Titre traduit

    The socio-pedagogical construction of allophone students and how it affects their school carreer


  • Résumé

    This study examines how foreign born allophone students from working-class families who attended French schools in the eighties managed to succeed at school and graduate at university. A qualitative approach has been chosen and the analysis is based on data collected through in-depth interviews of the comprehensive type. The pannel of informants illustrates the many forms of domination which affect such students, i. E. Social, cultural, symbolical, historical dominations - among others. However, these students have overcome these dominations and they have also reversed the expectations of the school institution : when they deal with non-native French speakers, official instructions between 1970 and 1973 illustrate how the school institution expected children from immigrant families to follow roughly the same social pattern as their parents. A thematic analysis of the corpus of interviews has been carried out: first stages of the learning of French, work of the teachers, how students relate to the learning process, individual careers at school, respective status of mother and second tongues and cultures, role of the parents, construction of the self through differences and shame. When they started attending French schools, the informants became efficient and active actors of their school life. However, success is often obtained at a high cost for the individual and it is not achieved without sufferings. When some, not only cross social boundaries but also cultural ones, it is painful for them to feel estranged from their own families.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (317 f., paginations multiples)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 297-314

Où se trouve cette thèse ?