Avancées dans la compréhension de la physiopathologie du syndrome de Sjögren primaire, un exemple de maladie auto-immune

par Jacques Gottenberg

Thèse de doctorat en Immunologie

Sous la direction de Xavier Mariette.

Soutenue en 2005

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    ˜A œstep further in the understanding of the pathogenesis of primary Sjögren's syndrome, a common autoimmune disease


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La physiopathologie du syndrome de Sjögren primaire, maladie auto-immune systémique fréquente et invalidante, est mal connue. Nous avons étudié les facteurs de prédisposition génétique à la maladie et à la diversification de la réponse anticorps, le rôle des lymphocytes T régulateurs CD4 CD251high sanguins et le rôle des organes cibles de l'auto-immunité, les glandes salivaires accessoires et l'oeil, par une étude du transcriptome salivaire et l'analyse de cultures de cellules épithéliales salivaires et celle de cellules conjonctivales oculaires. Nos résultats suggèrent que le développement de la maladie dépend de l'activation initiale de l'immunité innée (activation des cellules dendritiques plasmacytoïdes et sécrétion d'interféron) suite à l'interaction entre cellules résidentes et facteurs d'environnement. La pérennisation de la maladie dépend de l'activation de l'immunité adaptative, notamment de la sécrétion des anticorps anti-SSA/SSB, qui est favorisée par les polymorphismes génétiques de HLA et du TGF-béta

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (284 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 310 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2005) 202
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.